Blog

Autonomie (15) Plus rien ne sera comme avant !

On nous répète pendant toute la crise que l’on changera de paradigme lorsque le calme sera revenu ! Et probablement rien de positif ne sera fait. Souvenez-vous des bonnes intentions qui ont émergé à l’aube de la crise de 2008… On injecte de l’argent dans le système pour sauver quelques banques, on laisse crever certaines, on dresse la liste de paradis fiscaux… et puis c’est tout ! Les déclarations positives se multiplient mais les actes sont rares et quand ils sont là ; on se demande s’ils vont dans le bon sens. Bref je laisse ceux qui croient en la capacité de ce système a se réguler et à se réformer leurs illusions. Ce blog n’a pas de vocation politique et qui suis-je pour croire détenir le bon remède ? Comme je l’ai longuement expliqué précédemment nous faisons face à un cruel déficit de vérité et une abondance de mensonge. Le système a recours au mensonge et à la propagande pour se reproduire et les théories alternatives sont infestées d’exagérations ou d’approximations de sorte que rien ne semble crédible à mes yeux. Comme le rappelait Montaigne «  Il n’y a que les fous certains et résolus « . Personnellement, je cultive le doute afin d’être ouvert à chaque théorie et les confronte aux lois de la logique pour les apprécier.

Le stress comme moteur

Comme l’a si bien expliqué Barbara Steigler*, le moteur de ce monde en flux tendu est le stress. Ce stress favorise le dépassement de soi pour obtenir des rendements supérieurs. Cela est valable aussi pour la nature que l’on stresse abondamment. Pour multiplier ces occasions de stress et maintenir la tension constante ; on n’anticipe plus rien. Les réactions proactives augmentent dans un monde soumis à des flux tendus. La crise sanitaire actuelle a le mérite de mettre à nu notre manque d’anticipation. Regardez nos jardins : sont-ils capables de nous nourrir ? La plupart des jardins de ville ont une vocation décorative : fleurs, pelouse, piscine. Surtout pas de fruit qui pourraient tâcher la terrasse, tomber dans la piscine. On râle devant les quelques feuilles brunes qui tapissent le sol en automne. Allons vite les ramasser et les jeter ! Nous faisons tout à l’envers. Je ne sais pas si les citoyens confinés prennent conscience du monde infertile qui nous entoure ? C’est bien dommage car les jardins abrités par le climat urbain suffiraient à subvenir à une partie des besoins alimentaires : un grand avocatiers, un potager verdoyant, un cerisier plein de boules rouge carmin, un pêché aux branches ployantes sous les fruits, un mandarinier parfumé… Non la mondialisation qui dicte le mode d’approvisionnement veut que nous soyons dépendant du supermarché. Nous passons ainsi à côté du renouveau, d’une partie de la solution. Dans un écosystème abondant et fertile nous serions probablement moins anxieux ? Nous serions probablement capables d’échanger le surplus du jardin ? D’être serin pour l’avenir ? Cette spirale positive permettrait également d’améliorer la qualité de notre nourriture et ainsi d’améliorer vraiment nos conditions de vie.

* https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/gironde/bordeaux/barbara-stiegler-crise-sanitaire-actuelle-est-pur-produit-du-neoliberalisme-1818004.html

3 comments were added, add yours.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. Peter

    Et oui! c’est le monde à l’envers!
    Au point que les mairies plantent des arbres fruitiers dans nos rues, mais ils sont stériles….
    Heureusement que certains ont eu l’idée de greffer illégalement quelques uns des ces arbres
    Connais tu la guérilla des greffeurs ?
    J’aime bien le concept

    • Benoit Vandangeon

      Je ne connaissais pas la guérilla des greffeurs. Très bonne initiative 🙂
      J’ai visité une fois les pépinières municipales (Nîmes). Il y a des immenses serres chapelles qui n’abritent principalement que de petites fleurs en pot (quel gaspillage de place). Dans une des serres il y avait des expérimentations : avocatiers, agrumes… Lorsque j’ai demandé à un agent municipal si ils prévoyaient de les planter ; il m’a dit que non car les arbres seraient pillés ou saccagés. Donc les villes ne cultivent que des plantes décoratives à nos frais et l’on a pas le droit de se plaindre où proposer plus de diversité…
      A Menton, en revanche, la ville est parsemée d’agrumes en accès libre, les arbres sont splendides, respectés et choyés.
      En été, je vois de plus en plus de personne cueillir des figues sur les branches qui dépassent des propriétés. Cette concurrence me fait plaisir 🙂
      Il faut voir en revanche les regards toisant des passant choqués ou intrigués. On nous a tellement mal conditionné que certains ne comprennent pas que cet acte – cueillir des fruits – est le plus naturel qui soit !

    • Peter

      Je suis d’accord avec toi, depuis ma plus tendre enfance j’ai toujours grignoté les fruits qui dépassaient des clôtures (figues, noix, cerises…) et c’est fondamental.
      Par contre, je pense que la raison du saccage des avocatiers et agrumes est dû à leur rareté dans les jardins et c’est pour ça qu’ils ne sont pas saccagés à Menton.
      J’apporte pour preuve qu’à Gaillac (81), je connais 2 giratoires plantés de vignes, cognassiers, poiriers, pruniers et amandiers: donc des fruitiers communs là bas. En 3 années d’études, je passais par ces giratoires deux fois par semaine et n’aies jamais vu personne ramasser des fruits (même de nuit). J’étais sans doute le seul cueilleur de ces lieux et je félicite le celui qui a eu l’idée de planter ces fruitiers publics.