Blog

Avocatier breton (échanges)

J’ai obtenu des noyaux d’avocats (2 pièces) qui sont célèbres au point d’avoir fait l’objet d’un article de presse !

http://www.letelegramme.fr/local/finistere-nord/brest/lesneven/plouider/culture-francoise-deniaux-regarde-pousser-ses-avocats-14-07-2011-1370099.php

Je me suis empressé de semer un noyau en pleine terre, voici les détails que Philip (le généreux donateur) m’a communiqué sur cet arbre :

La dame a fait pousser son avocatier à partir d’un noyau de supermarché.
Il y a donc une forte chance qu’il s’agissait d’un avocat HASS.
J’en avais déjà mangé un fruit et il était excellent, malgré le fait que je l’ai eu vert
et qu’il a fini de murir dans ma voiture.
La forme et apparence des fruits c’est comme les Hass. Peau « dur », facilement mangeable
avec une cuillière.
Période de fructification j’en sais pas mais chaque fois que j’y vais il y a des avocats mures et non mures sur l’arbre ( j’y étais 4 fois)
L’arbre pousse à Plouider( dans le Finistère) dehors, devant sa maison et a 7 à 8 metres hauteur, je dirais.
Plouider ce n’est pas loin de la mer et sa maison est dans le bourg, donc entourré des maisons chauffées mais il y a des gêles quand-même.
Toute façon l’arbre s’est adapté à faire des fruits pendant des été relativement froids/frais.
Prêsque partout en France il fait plus chaud l’été que en Bretagne!
Philip me livre sa technique pour faire pousser ses avocatiers en France :
J’ai dévélopé une methode pour protégér les jeunes plantes car quand l’avocatier grandit, sa résistance au gêles grandit aussi (un peu au moins)
Plante l’avocatier après les derniers gêles dehors dans l’endroit finale (mur contre le sud ou endroit abrité au nord par des grands arbres).
Plante le un peu plus profond (10 cm) dans un bon grand trou avec une mélange de terreau et de terre de ton jardin 50/50.
Ensuite entoure l’arbre avec 4 – 6 bidons de 5 litres d’eau potables remplis en cercle. Ca marche super bien!
Tu peut aussi rajouter des arceaux et une voile de protéction, mais l’idée c’est de protéger le coeur de la plant  des gêles, mais de
laisser les rameaux plus longues exposés au froid pour que la plante ne meure pas mais apprend à subir les gêles et s’adapte.
Aux extremités la plante va mourir, à l’intérieur des bidons  il n’y aurait pas de gêle du tout et à l’endroit entre ces deux « zones » la plante
peut apprendre et essayer de trouver un moyen de survivre les gêlées.

11 comments were added, add yours.

  1. Jérémie

    Bonjour,
    Je suis en train de construire une serre et j aurai aimé y planter un avocatier en pleine terre. Nous habitons en bord de mer en baie de Douarnenez. J aurai aimé avoir un avicotier issu d un sujet breton. Pourriez vous me renseigner ?
    Merci, Jérémie

  2. Jean-Loup Charpentier

    Salut, de même s’il y a moyen d’avoir des noyaux de cet arbre cela m’intéresse :).

    • Benoit Vandangeon

      Bonjour,
      Mon contact breton m’avait fournit gracieusement trois noyaux. J’en ai offert un à Henri (qui n’a pas germé). Sur les deux restant ; un a germé, mais il est mort ensuite (lorsqu’il faisait entre 20 et 30 cm). Je n’ai malheureusement plus de nouvelles de ce contact…

      • Jean-loup charpentier

        Mince c’est bien dommage…

  3. KLerouzo

    Bonjour,
    Concernant les noyaux d’avocats d’origine bretonne il n’y en aura aucun cette année, l’arbre ayant souffert de la période froide de février-mars(ayant appelé la détentrice de l’arbre pour obtenir des noyaux également). Il reprends depuis, à voir dans quelques années si il se remet à fruits.
    Nous sommes beaucoup à espérer un noyau de cet arbre !

    • Benoit Vandangeon

      Merci pour ces informations. Connaissez-vous les températures minimales subies par l’arbre en février 2018 ? J’ai vu également que le mois de mars 2018 as été bien froid avec des passages marqués en territoire négatif. Pour qu’un avocatier fructifie, il faut que lors de la floraison, les températures nocturnes ne descendent pas trop bas ( pour le Fuerte j’ai lu +9°C). D’où l’intérêt d’avoir un hiver pas trop chaud afin de maintenir les bourgeons au repos… Car lorsqu’un avocatier fleuri au mois de janvier, c’est souvent bien trop tôt. C’est ce qui est arrivé à Menton cette année : peu de fruits (sauf au niveau du littoral), car Menton a subi le coup de froid de février 2018.
      D’ailleurs à Menton, je n’ai vu que du Mexicola cette année (excepté à Val Rameh). J’ai l’impression que Mexicola est moins exigeant que les autres variétés pour nouer :
      – d’une part le producteur de Valencia en a chaque année,
      – Henri, dans le Gard, en a une année sur deux.

      • KLerouzo

        En février et mars le nord-Finistère n’a pas connu de journée au dessus de 12 °C et dans notre zone les plus basses gelées matinales étaient à -7 °C, pendant quelques jours ça n’a pas dépassé 1 °C , sans neige (qui aide bien à protéger du froid)
        Qu’en est il de la sécheresse pour les avocatiers ? Étant donné l’épisode de 2 mois sans une averse cet été ça n’a pas du aider…

        • Benoit Vandangeon

          La sécheresse n’est pas idéale pour l’avocatier. C’est un arbre qui en théorie a besoin de plus de 1000 mm par an. Cependant certains gros spécimen s’accommodent de moins, peuvent encaisser des périodes sans eau. Le type mexicain est probablement mieux prédisposé que les antillais pour ce type d’aléa climatique. En Guyane, des avocatiers antillais ne bronchent pas avec des cumuls annuels supérieurs à 3000 mm !
          J’ai regardé les stat. météo je n’ai pas vu de station sans une goutte d’eau cet été dans ta région ?

          • KLerouzo

            D’accord, plus il en a mieux il se porte alors ! Habituellement à part sur la côte il pleut plus de 800 mm sur toute la Bretagne, et il y a des périodes pluvieuses abondantes en juillet-août, souvent celles ci durent une bonne partie d’un mois lunaire, on observe une forte corrélation avec les cycles de marées. Il est certes exagéré de dire qu’il n’y a pas eu une seule averse mais le déficit était énorme par rapport à d’habitude. Bientôt nous devrons planter pistachiers et amandiers …

    • mussard

      bonjour,
      je me permet de vous donner quelques infos sur l,avocatier il faut minimum 5 ans pour fructifier et souvent les noyaux issu de fruits ne donne pas et si il le fait les fruits sont different de l;original,bon courage

  4. Jean marc

    Bonjour à vous je suis à la recherche d’avocatiers ou Noyaux Qui viennent d’Australie
    Il y a trois ans de ça je suis resté dans une ville qui s’appelait Danemark où il y avait plein d’avocatiers ! La température à cette endroit pouvez descendre jusqu’à -1 – 2° Malheureusement je n’ai pas eu l’idée de ramener des noyaux alors si quelqu’un a une idée je suis preneur merci