Culture des avocatiers dans les Asturies !

Vos expériences d'acclimatation d'avocatier
Benoit30
Site Admin
Messages : 87
Enregistré le : mer. août 05, 2020 2:51 pm

Culture des avocatiers dans les Asturies !

Message par Benoit30 »

Un article parlant de la culture de cet arbre frileux dans le nord de l'Espagne a attiré mon attention.
https://www.traveler.es/naturaleza/arti ... icas/20289
Un producteur :
https://aguacastur.es/
Un reportage :


Traduction :
Les Asturies cultivent des avocats
La diversité des microclimats et l'effet thermorégulateur de la mer font que l'avocat, si tropical, peut pousser pratiquement sans limites dans les Asturies.

La culture de l'avocat se développe en Espagne : 14 000 hectares de surface sont ceux comptabilisés en 2019 par le ministère de l'Agriculture, de la Pêche et de l'Alimentation. Et bien qu'ils soient, pour la plupart, concentrés dans l'Axarquia de Malaga et sur la côte tropicale de Grenade, les données révèlent qu'il existe de nouveaux territoires où ce que l'on appelle "l'or vert" gagne en puissance, comme Tenerife, Las Palmas, Alicante, Valence, Huelva et Cadix. Jusqu'ici, tout est cohérent, si l'on tient compte du fait que ces provinces bénéficient d'un climat subtropical ou méditerranéen sec. Mais alors, comment se fait-il que les Asturies figurent sur la liste avec plusieurs hectares d'avocatiers plantés si son climat est océanique ?
"C'est grâce à la diversité régionale des microclimats que possède la Principauté", explique Andrés Ibarra qui, avec son associé Javier Cívicos, possède un hectare et demi de terrain cultivé en avocatiers dans un petit village asturien appelé Valbuena, dans la commune de Cabranes.

AGUACASTUR, PLUS QU'UNE PLANTATION D'AVOCATS

"Au départ, le projet était de mettre en place une ferme pour expérimenter et voir l'évolution des plantes avec différents types de gestion. L'intérêt que le sujet de cette culture a suscité nous a encouragés à nous faire connaître et à aider d'autres personnes à se lancer dans la culture des fruits subtropicaux dans le Nord". Cet Andalou installé dans les Asturies fait référence à son entreprise Aguacastur, qui propose des services allant du conseil technique - pour évaluer si une zone remplit les conditions nécessaires - à l'aide à la plantation, en passant par la conception, l'entretien de l'exploitation, le programme de fertilisation écologique, la reconduction d'exploitations mal gérées ou mal planifiées, etc. "Pratiquement tout ce qui a trait aux avocats", dit Andrés.

Parce qu'ils sont arrivés à Valbuena par hasard, puisque l'exploitation appartenait à Javier, ils ont eu de la chance et sont heureux d'avoir choisi une vallée qui, "comme son nom l'indique, est une "bonne vallée" pour l'agriculture", mais avant de se lancer dans l'aventure de la plantation d'avocats, il faut tenir compte de divers facteurs qui favorisent ou non leur croissance, car cet arbre subtropical est assez délicat. Elle a besoin des nutriments appropriés et nécessaires, et ses plus grands ennemis sont les sols gorgés d'eau, le vent et le gel, problèmes qui, dans les Asturies, sont résolus grâce à l'effet thermorégulateur de la mer.

Bien que l'idée (et la motivation) soit née de l'observation, en voyant un énorme avocatier d'environ 70 ans qu'il y a dans la municipalité de Salas, concrètement dans le voisinage de la Ferme, à Malleza, la chose certaine est qu'Andrés et Javier, avant de déterminer que produire de l'avocat dans les Asturies était raisonnable, ils ont traversé une grande partie de la géographie asturienne en réalisant une étude de terrain sur la question.

Andrés explique que toute la bande nord et nord-ouest de la péninsule a un grand potentiel et il estime, de manière très générale, qu'une zone est propice à la culture de l'avocat jusqu'à environ 15 kilomètres à l'intérieur des terres. Il considère même que, si certaines techniques agronomiques sont utilisées, il serait possible de réaliser une plantation dans certaines zones qui a priori ne semblent pas si favorables en raison des redoutables gelées hivernales.

Le cofondateur d'Aguacastur ne trouve pas de différences substantielles entre l'avocat asturien et les autres : " ce sont des nuances tellement subtiles que nous ne pouvons pas les apprécier ". Cependant, il avoue que le plus délicieux avocat qu'ils aient jamais goûté est celui de la région de Villaviciosa, pour la simple raison que le propriétaire l'a laissé mûrir sur l'arbre jusqu'à ce qu'il change de couleur (l'avocat hass devient violet en mûrissant). "La chair intérieure était jaunâtre comme du beurre et le goût des pignons était très intense, la pelure si fine qu'on pouvait la manger. Ça avait un goût de gloire sacrée pour nous. Nous n'avons plus jamais goûté quelque chose de semblable.

Ce qui nous amène à la question suivante : un avocat cultivé à quelques kilomètres sera-t-il toujours meilleur que celui qui doit traverser un océan ? "Nous pensons que [la première option] est indéniable. Tant sur le plan économique, environnemental que social", répond catégoriquement Andrés, tout en précisant que l'un des aspects qui les motivent le plus est qu'une économie agricole peut être générée autour de l'avocat d'une certaine pertinence. "Une autre source de richesse pourrait faciliter l'installation des jeunes dans les villages et réduire le problème du dépeuplement, non pas dans l'ensemble des Asturies - espérons-le - mais dans certaines zones spécifiques. Cette activité économique pourrait être très importante pour la campagne asturienne et d'autres communautés proches comme la Cantabrie, la Galice et même le Pays basque, où nous avons déjà des amis avec des plantations pilotes.

Et encore plus si l'on tient compte du fait que, comme le révèle Andrés, l'avocat conventionnel (non bio), de bon calibre et de première qualité, vendu à un opérateur commercial, c'est-à-dire pas en vente directe, est payé aux alentours de 3,5€/kg. Un prix nettement plus rémunérateur que celui obtenu pour les pommes à cidre.

Ce printemps, pour la première fois, Andrés et Javier laisseront leurs arbres fleurir, se fixer et produire des fruits - il faut environ deux ans pour que la plante atteigne une taille suffisante pour porter une petite charge de fruits sans compromettre son développement futur - nous garderons donc un œil sur leur production, mais aussi sur les nouvelles idées qui leur viennent déjà à l'esprit, comme la plantation d'autres espèces subtropicales comme la mangue ou le cherimoya. "Nous sommes conscients de l'existence de plusieurs manguiers dans la zone côtière qui produisent naturellement des fruits. Nos études pour l'avenir sont précisément orientées dans cette direction, afin d'élargir l'éventail des cultures possibles", conclut Andrés.