Blog

Identification des figues de mon jardin

Sur mon jardin il y avait deux figuiers. Je les ai conservés. Celui en face de la maison était dévoré par le lierre et une multitude d’arbustes (micocoulier, laurier thym, laurier sauce…) l’empêchait de se développer. Ce que j’écris fera probablement réagir les amateurs de permacultures pour lesquels la diversité et la densité des espèces est un atout ! Toujours est-il que le bois du plus gros tronc de figuier était pourri et le lierre le recouvrait entièrement. J’ai coupé le lierre, les arbustes et sacrifié le gros tronc. J’ai paillé autour et j’arrache au fur et à mesure la multitude de rejets spontanés (figuiers et lierre). Aujourd’hui, le figuier a repris du poil de la bête. Il produit à l’aisselle de chaque feuille une figue verte. Cette année ni les feuilles, ni les fruits sont tombés prématurément (contrairement à l’année dernière). Les fortes pluies de dimanche dernier ont fait éclater les fruits tournants. Cela ne semble pas déplaire aux insectes…

sucrette_eclatee

 

Je vais maintenant procéder à l’identification de la variété. Je trouve cela toujours très difficile. Car même s’il s’agit de variétés fixées, il faut se méfier des caractéristiques dues à l’écosystème. En effet : une figue dauphine irriguée sera bien plus grosse et juteuse que celle provenant d’un arbre dans un terrain pauvre et sec. C’est la même chose pour mon figuier, sur mon terrain l’arbre a un petit développement et les fruits sont plus petits que ceux issus d’un arbre en ville situé dans un jardin publique (à côté de la voie de chemin de fer, direction Alès). D’après le site de la pépinière Baud , il s’agit de la sucrette. La description et la photo correspondent bien à mes figues de petites tailles (env. 35 g) et unifères (donne une fois par an, début août à début septembre). La pulpe est bien rouge, les petits grains provoquent un effet « crunch » et le goût rappelle les petits fruits rouges. Au début, je n’avais pas une grande estime de la sucrette, mais j’ai appris à l’apprécier !

figue_sucrette

 

Le deuxième figuier de mon jardin est – je pense – une noire de Barbentane*. Ce qui me fait hésiter dans l’identification est le fait que mon arbre n’a pas un grand développement et les fruits ne sont pas très gros. Je pense cependant que l’arbre a beaucoup souffert : il était complètement étouffé par le lierre et les ronces. Comme il se situe loin de la maison, sur la planche du bas il a bénéficié de moins de soin ce qui explique peut être son état. Il a tendance à former un buisson. Ce que je n’apprécie pas, donc je l’ai beaucoup taillé afin qu’il adopte un port plus gracieux.

figue_noire_de_barbentane

Il s’agit d’une figue unifère (mi-août à début septembre pour mon jardin). Les pépinière Baud la compare à la Bourjassotte Noire (Violette de Solliès) mais je la trouve moins bonne car elle n’a pas son petit goût acidulé. Elle n’en demeure pas moins délicieuse, mais son sucre peux devenir vite écœurant !

noire_barbentane

 

J’ai déjà complété ma collection de figuiers, en plantant de nouvelles variétés (en espérant que les sangliers ne s’amusent pas à les déterrer) :

– Violette de Solliès, mais il est mort probablement à cause de la sécheresse !
– 3 boutures de Grises de St Jean (prélevées sur l’arbre de Thérèse) : enfin une variété bifère qui me donnera des fruits fin juin et au mois d’août.
– 1 bouture de goutte d’or provenant de chez mes parents (mais l’arbre a bien du mal à s’implanter).
– 1 bouture de Noire de Caromb (enfin, j’espère…).
– 1 plant acheté en ligne de Bellone (une de mes préférées) qui végète depuis deux ans.
– 1 plant offert par mon oncle (probablement Bellone, car d’origine niçoise).

J’espère pouvoir compléter cette collection avec la Col de Dame Blanche, la Dauphine. Je vais essayer de prélever des boutures ou mieux des rejets (avec un petit bout de racine qui favorise la reprise). J’ai également échangé des noyaux d’avocat Mexicola avec un collectionneur qui va probablement m’envoyer des figuiers. Je pense que dans quelques années quand tout ce beau monde produira, je serai largement auto-suffisant en figues et je pourrai envisager de les sécher pour prolonger leur délice tout l’hiver !

La relève :

la_releve

* Barbentane est une commune située à 25 km à l’est de Nîmes.

1 commentaire a été rédigé, ajoutez le votre.

  1. rémi

    Merci pour le savoir et le travail .