Blog

Le manguier peut-il fructifier en France ?

On m’a parlé d’une personne qui est parvenue à cultiver le manguier dans la commune de Menton. Le manguier serait mort dernièrement lors de l’épisode de froid de février 2018. Ce témoignage obtenu de deuxième main est à prendre au conditionnel.

D’autres expériences positives ont été obtenues en Californie du Nord. Le nord de l’état a des conditions climatiques assez fraîches. Certes les températures ne descendent jamais très bas l’hiver (8°C de moyenne de minima à San Francisco) : mais les températures maximales d’été ressemblent plus à celles de Cherbourg que de Nîmes ! Voici une vidéo d’un manguier situé à Pittsburg (Californie, à l’est de San Francisco).


Voici d’autres témoignages intéressants :

La mangue « R2E2 » (il y a tellement de variété que l’on ne trouve plus de joli nom ?) pousserait dans des zones assez froides de l’Australie où d’autres variétés ne résisteraient pas.

Voici également la vidéo d’un manguier ayant résisté avec protection à une température de 27°F (soit -2.8°C) en Floride.

Généralement, on estime que la culture du manguier ne peut être réalisée au nord du 38° de latitude. La première question que l’on peut se poser : est-ce que certaines variétés sont plus résistantes que d’autres ? Il est probable que certaines souches provenant des contre-forts de l’Himalaya soient effectivement plus rustiques.

Dans un forum, une personne ayant vécu au nord de l’Inde affirmait que dans son village les manguiers pouvaient être couverts de neige (températures en dessous de 30°F). La variété en question est Chaunsa. Toujours dans ce forum, un italien de Florence mentionne un manguier sous la neige (-1.7°C) !

http://tropicalfruitforum.com/index.php?topic=17247.0

Toutes mes tentatives de culture de manguier ont été un échec. J’ai essayé des manguiers de semis (fruits espagnols, africains ou pakistanais) ils ne résistent ni en pleine terre, ni sous la véranda (en pot). Les scions greffés (en provenance d’Espagne) ne sont pas plus résistants. Je suis très septique sur les données climatiques du manguier. Je pense qu’ils n’aiment pas du tout les conditions froides et humides de nos hivers ? Même si la température n’atteint pas le point de gel, l’arbre ne s’en remet pas.

J’ai constaté que certains semis qui semblaient avoir franchit avec succès un épisode hivernal, périssaient quelques semaines plus tard sans raison apparente. Franchement, je trouve le manguier particulièrement capricieux. Il faut dire qu’il est loin de sa région de prédilection… Toutefois, je ne vais pas définitivement abandonner ce challenge ! Je pense que je vais continuer quelques essais. Au début de l’article une photo montre une mangue du Pakistan dont je vais extraire le noyau et le mettre en pot. Cet hiver la plante hivernera dans une véranda et je tacherai d’apporter un peu de chaleur les nuits les plus froides (l’idée étant de ne pas descendre sous +4°C). Ensuite, je planterai le manguier dans mon jardin de Menton. J’appliquerai le même protocole avec les cherimoya.

33 comments were added, add yours.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. gavot

    Je confirme.
    J’ai vu ces mangues.
    Effectivement l’arbre a souffert lors de l’hiver 2017.

    • Dilow lenine

      Mon manguier mildoun é je lui ais sequestioné les partis gangréné

  2. Marsfred

    Je confirme que le manguier n’aime pas les périodes de froid prolongées (surtout sans lumière). J’ai mis sur cet article les conseils de base à sa culture : https://www.lepetitmanguier.com/cultiver-un-manguier/ le site propose aussi en vente des plants de manguier, d’avocatier et autres plantes tropicales pour ceux intéressés.

  3. Caro

    Bonjour,

    Mon manguier en pleine terre en corse, près de la mer, donne chaque année des mangues délicieuses (marcotte ramenée de nouvelle caledonie). Ça fait d’ailleurs des envieux (et parfois des voleurs)
    Il n’est pas grand (1m50, 15 ans)
    Variété Peters, terrain en pente plein sud, pas d’apport d’engrais , aucun paillage ou protection contre les gelées ou les vents. Il a juste été en pot extérieur la 1ère année et rentré pour le premier hiver.

    • Benoit Vandangeon

      Merci pour ce témoignage très instructif. Cela recoupe plusieurs informations :
      – les premières années les manguiers sont encore fragiles,
      – la Corse a des microclimats très favorables sur certaines côtes,
      – une bonne exposition sud fait des miracles !
      En tout cas bravo ! Cela donnera je suppose des envies aux plus téméraires. Pouvez-vous m’indiquer les températures les plus froides relevées pendant ces quinze ans ?

    • veyrat

      Attention a bien respecter les lois phytosanitaires car il est interdit de ramener en corse des plants ou greffons de certains pays ou regions car cela risque de ramener des maladies ou des parasites dont la Corse est indemne
      Avant de ramener quoi que ce soit en Corse ,il faut se renseigner aux services de protection des vegetaux de corse (la fredon) et leur dire la varieté qu’on veut ramener et de quel endroit
      Ensuite ,il est vrai que le manguier pousse et fructifie bien dans certaines regions de Corse propices car la Corse possede mille climats et sols differents et ce sur quelques kilomettres
      il y avait meme des plantations de mangue il y a plus de 60 ans qui produisaient tres bien en corse

    • Philippe

      Bonjour Caro

      Avez vous eu des fruits et à partir de quelle année.

      Merci pour votre réponse

      Philippe

  4. Arnaud Rey

    Bonjour,

    Depuis 2018, une personne de mon entourage vivant à Nîmes fait pousser un manguier en pot, il est resté à l’extérieur les hivers 2018-2019 et 2019-2020.
    Il est exposé plein sud et protégé par une grande barre d’immeuble.
    Sur la ville de Nîmes, ces deux derniers hivers météofrance à enregistré un température de -1,7 le 27 janvier 2019. Toutefois l’exposition sud du manguier nous permet de penser qu’il a fait plus chaud sur lui.

    • Benoit Vandangeon

      Très intéressant ! Il est vrai que nous avons vécu deux hivers doux, mais c’est quand même un exploit. Pour ma part (je suis aussi à Nîmes), je tente l’expérience chaque année et ma plante succombe l’hiver… J’ai même essayé l’année dernière une variété pakistanaise sensée plus résistante au froid. Je suspecte que ma véranda sans soleil direct ne convient pas.

    • NOEL Arlette

      Arlette – Arles
      J’ai fait pousser deux manguiers, et ils ont environ 3 ans.
      Pour le moment ils sont en pot dans mon salon exposé est-sud-est (comme mes orchidées).
      L’un est issu d’une mangue bio provenant de l’Equateur (petite mangue jaune en forme de haricot) : il est nettement plus petit que l’autre mais il forme déjà des départs de branches.
      L’autre est issu d’une mangue plus grosse verte et rouge, plus courante et l’arbre mesure déjà 70 (hors du pot). Il vient de me gratifier d’une douzaine de feuilles en même temps et en prépare déjà pour bientôt.
      Il est plein soleil du petit matin presque jusqu’à midi.
      Je vais le rempoter très prochainement pour qu’il soit plus à son aise et peut-être le sortir pendant l’été.
      Si quelqu’un a des conseils, je suis preneuse !

  5. Nat

    Bonjour,
    J’ai une pousse de manguier issu d’un noyau, qui pousse dans ma cuisine sans soleil direct depuis quelques semaines.
    Je l’arrose beaucoup. Elle a aujourd’hui 6 feuilles.
    Je vois dans vos commentaires qu’il faut visiblement beaucoup de soleil. Je suis en Provence donc ce n’est pas un problème, mais j’ai peur qu’il dessèche si je le sors, plus par le choc du déplacement et du changement de conditions. En ce moment il fait environ 36° au max. Qu’en pensez-vous, il vaut mieux que je le garde a l’intérieur ? Là il est au milieu du salon et pousse tout doucement.

    • rosaliemr

      jhabite lunelpres nimes.l annee derniere j ai hachete 1manguier (variete oesteen)venant du portugal ,iil est greffe,1,50m estdans une cours,entouree de batiment sur les 4 cotes,lete il fait treschaud.en2020 j ai eu 2 fruits.cet hivar je l ai laisse dehors dans le coin pppplein sud.je l ai emmaillote de voile d hivernage double.j ai double le pot pour proteger les racines.atuellement il me fait les boutons de fleurs et les ramifications.l
      la variete oesteen est laseule qui resiste au gel.

    • Benoit Vandangeon

      Bravo pour votre manguier Osteen !
      Cela est très instructif. Je connais des gens qui ont un Osteen en pleine terre à Perpignan, mais je ne sais pas si il a passé l’hiver ?
      Un manguier en pot peut fructifier cela permet pas mal possibilités.
      Voici quelques informations sur cette variété :
      https://en.m.wikipedia.org/wiki/Osteen_(mango)
      Il s’agit d’un semis chanceux de Haden, fait en Floride dans les années 30.
      Sa rusticité au froid serait d’après les cultivateurs de Floride pas supérieure.

  6. pierre

    Dans le sud de l’espagne ,il y a des plantations de manguier ,pourtant dans cette region (murcia etc) ,je n’ai jamais vu d’avocatiers vieux car bien que les hivers soient doux en general il arrive tout les 10 ans de fortes gelées( jusqu’a -10 )bien plus mechantes qu’en Corse ou qu’a nice
    Preuve ,il n’y a pas de vieux avocatiers en espagne ,par contre en Corse ,il y a des avocatiers centenaires
    Un fils d’agriculteur en Corse m’a parlé d’anciennes plantations de manguiers en Corse ,abandonnées ensuite (mais qui produisent toujours) ,quand son pere a quitté l’agriculture

    • Benoit Vandangeon

      Je confirme qu’il y a des champs entiers de manguiers en Espagne, c’est de loin le premier producteur de ce fruit en Europe avec environ 40 000 tonnes produites par an (la production sicilienne étant marginale). La région de production est concentrée sur la Costa Tropical (Velez Malaga à Motril) où les gelés sont quasi inexistantes à faible altitude (peut-être quelques heures par siècle et encore !). En revanche, je ne partage pas votre constat en ce qui concerne les avocatiers. J’en veux pour preuve ce gigantesque avocatier que j’ai pris en photo à Malaga, il appartient au groupe antillais qui ne supporte pas le gel, l’arbre a au moins 50 ans. Si les avocatiers de culture ne vivent pas très vieux (et encore j’ai beaucoup de vieux spécimen en mémoire, rencontrés lors de mon dernier voyage) c’est qu’il attrapent souvent des maladies racinaires (d’où un renouvellement important des porte-greffes), mais ce n’est pas à cause du froid ! avocatier malaga
      Je vous encourage à consulter les statistiques météo de la station de Motril.
      Par ailleurs, auriez vous la possibilité de prendre en photo ces avocatiers centenaires Corses ?
      Au sujet des manguiers Corses, pouvez vous préciser la région (sans nécessairement divulguer l’emplacement exact) ?

    • Sophie

      Bonjour. Pouvez-vous me contacter ? Je souhaiterais entrer en contact avec le fils de l’agriculteur, ou l’agriculteur retraité lui-même, qui vous a parlé d’anciennes plantations de manguiers. Merci de votre retour.

    • Benoit Vandangeon

      Bonjour Sophie,
      Pour rentrer en contact avec quelqu’un sur le site, la seule solution consiste à poster un article dans le forum et espérer que la personne intéressée prenne connaissance de l’article, puis utilise la messagerie privée de forum pour vous contacter.

  7. Bernard

    Les avocatiers poussent bien sur le littoral méditerranéen notamment la variété Haas mais les manguiers sur le continent , j’en doute car où j’habite dans le Var à 5 kms de la mer mais sur une colline près de la mer plein sud , au moins de janvier il a fait – 2 degrés 1 nuit et c’est exceptionnel ici , le manguier n’a pas résisté par contre l’avocatier n’ a pas eu une feuille de gelée .

  8. Nicolas DEMENTHON

    Bonjour à tous.

    J’espère que des gens sont encore actif sur cet article.

    J’ai fais germer l’été dernier une graine issue d’une mangue Ataulfo (provenance mexique si je me souviens bien). Je n’ai pas pu bien m’en occuper et elle a un peu « végété » dans son petit pot une bonne partie de l’été en extérieur.

    A l’arrivée de l’automne je l’ai rempoté dans un pot d’une quinzaine de litres et l’ai rentré dans la véranda où elle est encore… A ce stade elle est encore vivante. Le bourgeon terminal est très probablement mort mais je crois deviner quelques prémices de petits bourgeons sur la tige qui formera le tronc principal.

    Et… j’habite à Chambéry en Savoie ! Je croise les doigts pour que l’expérience continue !

    En attendant je me suis procurée une mangue de variété Kensington poly-embryonnée en provenance d’Australie. Elle est en train de germer. J’ai cru que ça n’arriverais jamais… Je l’ai reçue par courrier le 27/12/20 ! (colis envoyé le 9/12/20)… soit un délais de presque deux mois et demi de germination après mise en terre !

    Bref… Je croise les doigts pour la suite… Je lis que certains d’entre-vous ont réussi à se procurer des mangues pakistanaises… J’en rêve ! Comment avez vous réussi ? Un ami là-bas ?? S’agit – il de mangue poly-embryonnées (fidèles au type à priori) ou mono enbryonnées ?

    Bien cordialement à tous !

    Nico

    • Benoit Vandangeon

      Bonjour Nicolas,
      Pour les mangues du Pakistan, la saison est en juin/juillet. Tu en trouveras chez Grand Frais et les magasins asiatiques (variétés : Langra, Chaunsa. Anwer Ratol, Sindhri, Dussehri).
      Pour la polyembryonie, elle n’est pas systématique pour la mangue (il y a un pourcentage de graines qui présente cette caractéristique). Pour les variétés de mangue Ataulfo et Manilla le taux de graines présentant ce phénomène est de 80%. Pour ma part, je n’ai encore jamais eu de mangues présentant cette caractéristique. Elle se traduit par plusieurs pousses émises du noyau, dont on considère souvent la plus vigoureuse (ou celle ayant les attributs de la « plante mère ») comme étant celle fidèle à 100% au « plant mère ».
      mango

      wikipedia : Chez certains végétaux (parmi les Gymnospermes et les Angiospermes), il a été constaté que certaines graines peuvent contenir soit deux embryons zygotiques (dits aussi gamétiques), c’est-à-dire des embryons résultant d’une unique fécondation (phénomène très rare), soit deux (ou plus) plants génétiquement différents. Dans ce dernier cas, un des embryons est issu de la fécondation classique (oosphère + gamète mâle provenant respectivement de l’ovule hôte et d’un grain de pollen, le génome héritant de 50 % du génome paternel et de 50 % du génome maternel) tandis que le, ou les, autres sont des embryons nucellaires (dits aussi somatiques) qui sont alors des clones de la plante-mère, produits sans fécondation et porteurs de 100 % des gènes maternels.

      Voici un article intéressant à ce propos :
      https://www.pomum.fr/?p=67

  9. Anonyme

    Eh bien moi j’ai un manguier depuis plus de 10 ans. Obtenu avec un noyau que j’ai ramené du Mexique. Il a des feuilles plus longues et larges que le pêcher. En ce moment (fin mars), il est presque tout recouvert de fleurs roses, d’autres boutons vont encore éclore, il est magnifique et mesure plus de 2,50m.
    J’habite près de Cherbourg, à 100m de la mer. Par contre pas encore de fruits.

    • Benoit Vandangeon

      Est-il en pleine terre ? Protégez vous le en hiver ?
      En tout cas, bravo !

    • Tropico66

      Bonjour,
      Vos commentaires me conforte dans l’idée de persister à faire pousser un manguier chez moi. Pour l’instant le noyau a germé dans un petit bocal que je remplissais d’eau de source et toujours bien exposé au soleil en journée et sur mon radiateur. Depuis 10 jours j’ai mis le noyau dans un pot que j’arrose régulièrement, je le laisse la nuit dehors maintenant que les températures sont bien remontées et toujours exposé plein sud, j’ai l’impression qu’il commence à aimer ça, une petite tige est entrain de se former affaire à suivre.

    • Benoit Vandangeon

      Tiens nous au courant ! Es tu parti d’une graine d’Espagne ?

  10. Tropico66

    Bonjour Benoit,

    Oui je suis parti d’un noyau d’une mangue d’Espagne qui vient de la région de Grenade. Si celle-ci venait à mourir ce n’est que partie remise, la plupart des mangue que je mange ont quasiment toutes un noyau qui germe déjà à l’intérieur quand j’ouvre la coque !

  11. Nicolas DEMENTHON

    Bonjour à tous.

    Pour vous donner des nouvelles de mon manguier Ataulfo en Savoie (toujours dans ma véranda exposée Ouest).

    Il a l’air d’aller bien. Les bourgeons de cet hiver commencent à enfler bien qu’il refasse relativement froid depuis le redoux observé fin février début Mars. Avec la remontée des températures, j’espère que cela va se confirmer. Je croise les doigts…

    Je n’ose pas encore sortir le Kensington australien. Il pousse très lentement sans doute parce qu’il n’a pas assez de lumière à l’intérieur de l’appartement. Pour vous répondre Benoit : en effet, je pensais que ce noyau était poly embryonné mais ce n’est sans doute pas le cas. Je n’ai eu qu’une seule pousse.

    En relisant tout les posts, je me dis que le facteur lumière n’est peut – être pas si négligeable que ça dans la réussite. Dans ma véranda, mon ataulfo en bénéficie de bcp.

    Pour revenir à la polyembryonnie. Il semble que ce caractère soit assez facile à repérer car la fève de la manque est alors constituée de plusieurs parties imbriquées les unes dans les autres (un genre de conglomérat). Vous confirmez ?

    Je me disais qu’il serait facile de sélectionner des graines en faisant cette observation. Encore faut- il se procurer bcp de graine pour pas trop cher… Et je crois avoir la solution.

    Les pâtissiers, chocolatiers et autres professionnels de la gastronomies préparent de temps en temps des coulis de mangue (c’est le cas du chocolatier pas loin de chez moi)… et ils jettent des quantités très importantes de noyaux… Il suffi de lui demander gentiment de pouvoir les récupérer… CQFD… 🙂

    S’ensuivra ensuite un joli chantier d’épluchage de noyau pour l’observation des mangues…

    Hi hi hi…

    • Benoit Vandangeon

      Vous avez raison, dans le cas de la polyembryonie il y a en fait deux embryons.

      Maintenant, il peut être intéressant aussi de laisser s’exprimer les nouvelles combinaisons génétiques. Vous allez peut-être obtenir une plante aux caractéristiques singulières.
      Autre chose, on considère souvent que la tige la plus vigoureuse est celle qui est fidèles. Ce n’est pas si évident que cela en fait, car si le nouveau candidat est un champion il peut s’avérer plus vivace !

  12. Alain Champot

    J’ai passé quelques jours dans un petit hôtel à Calatabiano, dans le Nord de Catane en Sicile, où l’on nous proposait pour dessert des « mangues du jardin »
    La propriétaire nous avait alors expliqué qu’il s’agissait d’une variété de manguiers bien adaptée à la Sicile.

    • Nicolas DEMENTHON

      Intéressant. Vous souvenez vous de la couleur des mangues ?
      Bien cordialement,

    • Benoit Vandangeon

      Bonjour Alain,
      Les climats du sud de l’Italie permettent de cultiver pratiquement toutes les variétés de mangues. Il y a sur ce forum passionnant (en italien) deux fils de discussion sur la Nam Doc Mai de Thaïlande, une variété pourtant très exigeante, particulièrement savoureuse. Cette photo provient d’un jardin à Reggio Calabria :

      https://www.fruttama.it/forum/viewtopic.php?t=1142
      https://www.fruttama.it/forum/viewtopic.php?f=11&t=1625
      Si vous vous baladez sur ce forum, vous verrez que les italiens acclimatent beaucoup de variétés avec succès. Ils n’ont rien à envier à l’Andalousie ou à la Californie !

      Pour insérer une image il faut utiliser du code HTML « img », et mettre le chemin absolu de l’image.
      C’est expliqué ici
      https://html.com/attributes/img-src/
      Si c’est trop compliqué, vous pouvez m’envoyer l’image (page contact)

  13. Nicolas DEMENTHON

    Bonjour

    J’ai acheté hier deux mangues sauvages du mexique (Halles savoyardes à Chambéry). Probablement des Ataulfo.

    La fève semble polyembryonnée.

    J’aimerai mettre une photo mais je ne peux vraisemblablement pas. Est – il possible de l’envoyer à l’administrateur pour qu’il l’a fasse apparaitre ?

    Il y avait aussi des mangues Thaï qui présentaient une couleur jaune blanchâtre… ou… plutôt crême.

    Bien cordialement à tous,

    Nico

    • Benoit Vandangeon

      Pour insérer une image il faut utiliser du code HTML « img », et mettre le chemin absolu de l’image.
      C’est expliqué ici : https://html.com/attributes/img-src/
      Si c’est trop compliqué, vous pouvez m’envoyer la photo (page contact il y a mon email), ou bien la publier sur le forum.

  14. Tropico66

    Mon noyau de mangue n’a pas survécu à la mise en pot, il a l’air de ne plus donner signe de vie. Il va falloir recommencer !