Blog

Le palmier dattier peut fructifier en France !

Un ami m’a envoyé des photos de palmiers fructifiant à Cavalaire dans le Var. Quelques dattes mûres tombent au sol, mais les palmiers sont si haut qu’il paraît difficile de récolter un régime ! Il ne m’en fallait pas plus pour partir à l’aventure avec Mathieu pour voir si les palmiers-dattiers du Gard pouvaient également mûrir.

Sur la rive droite du port de Grau-du-Roi, là où les bateaux de pêche amarrent, il y a une rangée de palmier dattier qui produit des fruits jaunes. Quelques fruits tombés nous permettent de nous rendre compte du potentiel de ces fruits : certes ils sont encore immatures, mais ils sont déjà très fruités. En fait, les fruits ressemblent aux dattes Bahree disponibles à partir de la fin août (des dattes branchées fraîches à faire mûrir). Nous récoltons un régime, en espérant qu’il puisse encore mûrir !

Nous passons sur l’autre rive, bien que nous soyons focalisés sur notre objectif, nous admirons les splendides sculptures éphémères en sable :

Sur cette rive, les dattes sont très grosses de couleur rouge/vert.

Elles sont immatures mais déjà bien sucrées. L’âpreté des fruits verts nous empêche d’en manger beaucoup. Certains palmiers sont très chargés, d’autres, probablement mal pollinisés ne produisent pas de fruits.

Il y a également des palmiers des Canaries qui produisent de minuscules dattes beaucoup moins appétissantes :

Voici un régime de dattes :

Voici la perche munie d’une scie pour couper les régimes :

Voici quelques photos des spécimens géants d’Aigue Morte :

Quelques jours après stockage, certaines dattes commencent à mûrir : elles sont délicieuses !

Cette escapade a été riche d’enseignements :
– le littoral gardois permet la culture de palmiers dattiers,
– les variétés présentes sur le littoral ne sont pas hâtives et ont du mal à mûrir.

Devant ces magnifiques palmiers, je reste très optimiste et je pense que si nous sélectionnons des variétés hâtives, il est tout à fait envisageable de manger des dattes gardoises chaque année !

Voici certaines variétés hâtives sont récoltées en juillet en Algérie :
http://www.aps.dz/regions/59887-adrar-debut-des-cueillettes-de

7 comments were added, add yours.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. Camille

    Très intéressant, je viens justement de semer quelques Medjools dans le Tarn (nous bénéficions de beaucoup de micro-climats ici, chez moi le baromètre semble rarement passer sous les -1°C plus d’une heure ou deux par an à l’aurore), et selon les coins, la nature du climat général et du sol est très changeant.
    Ainsi autour de Castres ( très chaud l’été, et parfois de bonne gelées l’hiver), le climat est typiquement méditerranéen et le changement est visible rien qu’à la végétation présente, alors que dans le centre du département, l’eau est présente en abondance dans le sous sol à faible profondeur toute l’année et les vents venus de méditerranée et la profusion d’eau, et le vallonnement, protègent des gros écarts de température et limite les gelées.
    Vers Albi et Gaillac, on est dans un climat typique du Sud-Ouest que l’on retrouve en Haute-Garonne et dans le Gers, avec moins de gelées et un froid plus contenu que dans le Tarn&Garonne. Et au delà de cette limite, dans les collines du nord du Tarn, le climat est très chaud l’été, et très gélif l’hiver, avec un manque d’eau criant durant les mois de Juillet et Août.
    L’est du Tarn près des cascades d’Arifat est exceptionnel de par son microclimat et sa diversité, l’humidité du fait des cours d’eau, le vallonnement, l’énorme végétation présente, en font un coin dont les caractéristiques compensent le froid l’hiver, et des fortes chaleurs l’été. La végétation agit comme un véritable climatiseur.

    Je suis installé dans cette région méconnue depuis peu de temps, et je compte bien tenter pas mal d’expérimentations en vue d’essayer d’acclimater certains fruitiers car il y a je pense, beaucoup de potentiel.

    • Lepanneur

      J’ai passé 3 ans à Castres.
      Je confirme que les hivers y sont assez doux mais il gèle parfois tout de même.
      Le plus gros problème du Tarn c’est la forte humidité (du moins pour certaines plantes acclimatables)

    • Benoit Vandangeon

      Je ne veux pas jouer les rabat-joie, mais il y a pas si longtemps il a fait -12°C à Castres (13/02/2012).

    • jacques Vandangeon

      Attention, le département du Tarn et y compris à Castres est trompeur.
      J’y suis installé (près de Cordes Sur Ciel ) depuis 23 ans (1997 ) et le premier hiver (1997 -1998 ) qui fût généralement doux sur une bonne partie de la France (en particulier le Nord Ouest ) fût incroyablement beau (petites gelées nocturnes , car ciel étoilé ) et un temps très agréable en journée . Par la suite nous déchantâmes : En fait les minimas d’hiver d’Albi sont en moyenne plus froids que ceux d’Angers (je suis un ex angevin des coteaux du Layon ) , cela s’équilibre en automne et printemps et les moyennes de minimas sont plus chaudes à Albi qu’à Angers l’été . Pour les maximas , les moyennes albigeoises sont toujours plus élevées qu’à Angers avec une différence spectaculaire l’été . Les jours de précipitations sont moins nombreux qu’en saumurois , mais le total des précipitations plus important enfin l’ensoleillement est plus important dans le Tarn avec un soleil plus haut dans le ciel qui fait la grosse différence estivale et réduit à pas grand chose les jours sans dégel hivernaux .
      Les tarnais qui sont gentiment chauvins aimeraient bien que leur climat soit méditerranéen mais il n’en est quasiment rien et y compris à Castres (j’y reviendrai) : En fait le climat tarnais est à dominante océanique avec une forte influence continentale et une toute petite influence méditerranéenne essentiellement dans le Lauraguais tarnais. Ce qui fait que vous aurez des variations à caractère océanique mais bien moins fréquente que dans le nord ouest de la France et surtout les gros contrastes propres aux climats continentaux (Albi est plus continental que Toulouse et donc un tout petit peu plus froid l’hiver et inversement l’été ) . Albi (avec Castres probablement ) est généralement la ville de France ayant les moyennes de maximas sur juillet aout les plus élevés après bien entendu les villes de l’arrière pays méditerranéen (Nîmes,Orange,Le Luc, …) à peu près ceux de Carcassonne qui est en climat méditerranéen atténué (situé au sud de la montagne noire (Castres est au nord et la Montagne noire lui fait barrière concernant l’influence méditerranéenne ) et à l’est du Lauraguais (frontière entre océanique et méditerranéen plein ouest (mais frontière faible).
      Les différences entre Castres et Albi : Plus de précipitations à Castres 880 mm annuels contre 720 à Albi. Je ne connais pas les températures respectives , mais je les subodore analogues avec de possibles différences ponctuelles (Attention au possiblement fort vent d’autan à Castres). Mais je connais bien moins Castres que Albi dont je suis proche .
      Les vents ? Dans le Tarn il y a deux vents principaux :
      1 Le vent de secteur nord ouest (commence plutôt ouest se termine plutôt nord avec dans les 2 cas une composante ouest. Rigoureux en hiver (attention au ressenti ) et légèrement rafraîchissant l’été . Généralement il se déclenche simultanément avec la tramontane seigneur dans le 66, le 11 et moindre dans le 34 et avec un petit temps d’avance sur le mistral (mais le nord ouest tarnais bien plus faible que ses 2 acolytes Tramontane et mistral se déclenchent dans les mêmes épisodes climatiques(généralement après un passage perturbé sur la France ) . Le Nord ouest est le vent dominant du Tarn.
      2 Le vent de secteur sud est ou vent d’autan . commence à l’est voire nord est et se termine sud et très rarement un court instant sud ouest et là vous pouvez être sûr qu’il va pleuvoir . C’est un vent que l’on dit (à tort) chaud . Pourquoi à tort ? Parce que tant qu’il ne fait pas 37 le vent rafraîchit . L’hiver l’autan peut être terriblement rigoureux dans le nord du département du moins , car à Castres l’effet Foehn est certainement prégnant et donc plus chaud . L’Autan est beaucoup plus fort dans le sud du 81 que dans le nord et il me semble que Dourgne qui n’est pas si loin de Castres au pied de la Montagne noire a les records de vitesse de vent en épisode autan du 81 et du 31 (l’autant souffle en même temps que le marin Sud est également et dont le domaine est le 66 , le 11 et le 34 ) .
      L’autan donne-t-il une influence méditerranéenne à Castres . Ma réponse (il peut y en avoir d’autres ) est plutôt non car pour qu’il y ait climat méditerranéen il faut une mer et son influence maritime + une protection qui peut être distance mais surtout montagne , voire latitude (Californie ou Portugal ) .
      Or la montagne noire(et les cévennes , les monts de Lacaune ) qui protège (en partie… parce que la tramontane est une résultante atlantique ) le golfe du lion joue à contrario pour Castres . par contre l’effet Foehn c’est à dire l’effet réchauffant du vent qui en redescendant se compresse et se réchauffe , mais pour moi c’est autre chose.
      L’autant signifie généralement la présence d’une perturbation sur le proche atlantique et peut durer plusieurs jours. Certains épisodes printaniers et surtout automnaux peuvent être infernaux.
      Pardonnez moi si j’ai été un peu long , mais l’observation climatique empirique me passionne.

    • jacques Vandangeon

      Je me permets juste d’ajouter les observations de température de 1985 dans mon environnement proche (région de Cordes sur ciel 20 km au nord d’Albi et 60 km au nord de Castres ;
      Alors qu’a Angers au plus froid il avait fait -15 degré , mon voisin (300 m d’altitude ) a relevé -22 et il a fait à Saint marcel Campes (160 m d’altitude , mais trou à froid à 6 km de chez nous -29 degré . Les records de froid pour décembre et janvier de Toulouse sont plus froids que ceux d’Angers …mais seulement pour ces 2 mois .

  2. jean-denis (belinsecte)

    ça fait quelques jours que j’ai lu cet article très pertinent et grâce auquel il y aurait les premières dattes qui muriront en france, car à ma connaissance personne n’avait semé de graines de dattes précoces avant que tu écrives ton article.
    ce serait donc grâce à toi.
    depuis quelques jours j’en suis motivé et aimerais savoir comment se procurer les dattes les plus précoces? sont elles trouvables en france, ou faut il aller les chercher?
    je vois aussi ton article du 6 janvier du dattier à bellegarde (près de nimes), il a subi -9°C de record historique de froid de nîmes?
    PFAF avec un (?) indique une hypothèse de limite à -15 et indique de source sûre que les feuilles souffrent à -4, tandis que lepotager-demesreves.fr indique une limite à -10°C. limites qui on le sait, sont flexibles d’un semis à l’autre…

    • Benoit Vandangeon

      J’ai lancé un appel sur le forum d’acclimatons :
      http://acclimatons.com/forum/viewtopic.php?f=38&t=69

      Il y a quelques années, j’avais envoyé des noyaux de mexicola à un algérien, il aurait probablement pu nous renseigner sur ces variétés hâtives. Mais le forum greffer.net n’a plus de messagerie privée, donc tous les contacts sont perdus…

      Par ailleurs, lepanneur m’a fait remarquer que les dattes qui murissaient à Nice, le faisait au bout de plus d’un an ! Donc certains régimes verts peuvent passer l’hiver et mûrir l’été suivant !