Blog

Lorsque les plantes utiles deviennent des mauvaises herbes

Alors qu’on souhaite dé-diaboliser les mauvaises herbes en les nommant « indésirables » ou « adventices ». J’ai remarqué que certaines plantes cultivées avaient un comportement analogue. Les physalis par exemple se multiplient partout, entre les pierres, sur les allées, dans les recoins de la terrasse… Bref, j’ai l’impression que certaines plantes (topinambour, tomates, melon et physalis chez moi) sont tout aussi envahissantes que nos mauvaises herbes. Et c’est tant mieux ! Je pense vraiment que lorsque l’on mange et restitue au sol les graines, tubercules les plantes se propagent NATURELLEMENT.

La nature reproduit ses conditions de reproduction ! (ci dessus : graines de tomates)

5 comments were added, add yours.

  1. Marie

    Bonjour,
    Bravo pour votre blog très intéressant que je viens de visiter.
    Je suis à la recherche de conseils à propos de mon avocatier qui perd ses feuilles alors qu’il était tout en fleurs (ses premières). Les nombreuses fleurs ne tiennent pas non plus ! A ma grande peine.
    Comment se comporte le vôtre ?
    Faut-il mettre un autre arbre à sa proximité ?
    J’ai été ravie de découvrir votre blog, je vais y revenir c’est sûr.
    Je vous remercie pour votre réponse.
    Bon dimanche.
    Marie

    • Benoit Vandangeon

      Bonjour Marie,
      Un arbre qui perd ses feuilles cela peut avoir plusieurs origines… Et je ne suis pas du tout expert.
      – Les racines de l’avocatier m’aiment pas les excès d’eau, ton sol est-il bien drainant ?
      – Les feuilles sont-elles jaunes ? Il y a des carence dans le sol. En perma, on conseillerait d’augmenter la biodiversité autour de l’arbre. Peut-être rajouter du composte qui a l’avantage de neutraliser une terre.
      – Tu n’as pas eu de coup de froid ? Ce n’est pas l’époque…
      – A contrario des signes de brûlures par le soleil que les feuilles, sur le bois ?
      Si tu peux nous en dire un peu plus sur ton arbre, peut-être que les conseils seraient plus ciblés ?
      1. Quel âge,
      2 semi/greffe ?
      3 si greffe quelle variété/quel porte-greffe, si semis quels sont les parents ?
      4 quel climat, quel terre, vent ?
      5 en pleine terre / en pot ?
      6 exposition ?

      • Marie

        Bonjour Benoît,
        Merci pour votre réponse bien détaillée.
        L’avocatier planté en 2016 a été acheté dans une jardinerie locale qui fait elle-même ses greffes et nous avait conseillé sur la variété adaptée à notre sol (1100 m d’altitude région de plaine et assez humifère).
        Une bonne évolution ….. et même des fleurs le mois dernier…… toutes tombées
        Aujourd’hui après mon commentaire désespéré du 14/10, son feuillage est totalement neuf, pourpré et pimpant ;évidemment pas un seul petit fruit. C’est sans doute encore trop tôt pour ce jeune arbre !
        Il nous reste à patienter jusqu’à l’année prochaine.
        Belle journée et bonne continuation.

        • Benoit Vandangeon

          Ravi que l’avocatier aille mieux… Les mystères du végétal !
          Vous devez être dans l’hémisphère sud si la floraison est en ce moment (peut-être à La Réunion, compte tenu de l’altitude).
          Les premières années de floraison, les fruits sont encore rares : on dit qu’il faut en moyenne 400 fleurs pour un fruit !
          Et sous les tropiques, pour obtenir une bonne fécondation, il faut des avocats du groupe A et B. Dans les régions tempérées, les nuits froides perturbent les cycles de floraison et les fleurs mâles et femelles coïncident.

  2. Marie

    Bonjour !
    Je suis d’accord avec vous pour ce qui est des plantes qui reviennent spontanément sans crier gare telles que les physalis jusqu’à nous « envahir » c’est le cas chez moi en ce moment, fleurs et fruits se développent déjà sous la masse de feuilles duveteuses. Elle est certes e envahissante mais les petites tomates douces-acidulées sont délicieuses à croquer lorsqu’on se promène au jardin ou carrément dans la salade.
    A bientôt