Blog

Mon palmarès des meilleures figues de l’été 2015 !

Je vous présente mes trois variétés de figues préférées de cet été ! L’occasion de croquer en photo ces 3 variétés exceptionnelles et de revenir sur leurs caractéristiques.

La première est probablement la Bourjassotte Noire (aussi appelée Violette de Solliès). Cette AOC qui fait la fierté du Var représenterai 75% de la production française. Elle ne produit qu’une fois par an et elle est assez tardive. Ces exigences climatiques sont élevées tant et si bien que sa récolte est souvent très courte dans le Gard. Les premières apparaissent fin août. Mais ici, la plupart des fruits que l’arbre porte n’atteignent pas leur pleine maturité. La pluie combinée aux températures nocturnes basses éclateront les fruits et ralentiront leurs développements ! Cette année, l’été a été particulièrement chaud, c’est pourquoi la Bourjassotte est au rendez-vous. Beaucoup sont éclatées. Dans les allées d’un jardin ouvrier, le long d’un fossé, il y a un arbre qui s’épanoui. A tel point que je l’ai à peine reconnu ! Certains fruits étaient tombés par terre. C’est à ce stade de maturité qu’elles sont les meilleures, juste avant pourrissement. Je me rappelle d’un paysan de mon village que l’on appelait le père Duré. Il ne cueillait pas ces pèches de vigne sur l’arbre, mais il attendait qu’elles soient tombées par terre. Bien sûr, elles pouvaient être cognées et moins belles. Mais c’était l’assurance d’une saveur pleine. Pour un fruit qui n’a pas besoin d’être stocké, il s’agit d’une pratique tout à fait recommandable !

La Bourjassotte Noire du commerce est souvent verte et sèche. Ce fruit non climactérique ne mûrit guerre une fois cueilli. C’est fort dommage ! Au niveau de l’œil de la figue (l’ostiole), une perle de nectar goûte souvent c’est un gage de maturité. La pulpe a la consistance et la saveur d’une confiture fraise/framboise. Voilà en photo cette fameuse « star » :

bourjassotte_1

 

La deuxième est une valeur sûre. Mais là aussi il s’agit d’une variété peu répandue dans le Gard. Car elle nécessite une arrière saison chaude et longue pour que tous les fruits l’arbre mûrissent. Il s’agit de la Bellone ou Noire de Nice. Il y a une spécimen non loin du Bourjassotte. Il s’agit d’un arbre obtenu par bouture qu’un jardinier a planté dans une allée. Ma mère évoque souvent cette variété, car dans l’arrière pays niçois cette variété faisait le régal de nombreux enfants ! La vraie Bellone est unifère (la Sultane qui est extérieurement semblable donne deux fois par an, c’est pourquoi on l’appelle aussi « Bellone Bifère »). La Bellone est allongée, sa robe est verte/violette saupoudré de quelques points blancs. Légèrement fendue ou ridée : c’est  là qu’elle est la meilleure ! Je n’en ai jamais vu dans le commerce. C’est dommage car il s’agit d’un dessert très fin. Même si dans mon cas, à force de manger des figues, je sature un peu !

bellonne_1

 

La dernière du palmarès c’est la Col de Dame Blanche. Elle n’a certes pas le petit parfum acidulé des deux premières, mais sa peau a un très bon goût qui allié au sucre de la pulpe donne une saveur qui n’est pas sans rappeler la gaufre ! Cette variété est assez tardive, mais donne régulièrement et abondamment dans le Gard. Les orages de la fin d’été ne permettent pas – comme en Espagne – que les fruits sèchent sur l’arbre. Il faut la consommer rapidement avant qu’elle ne se gatte !

coldame_1

Je note quand même pour ces trois figues préférées 2 points communs :
– il s’agit de variétés unifères (une seule fructification par an),
– leur pulpe est rouge.
Je me doute bien que les goûts et les couleurs sont par nature indiscutables, mais je relève que beaucoup d’individus m’ont fait la remarque que les figues qui ont une chair rouge sont souvent délicieuses.

Quelques liens :
Le syndicat de défense de la Figue de Solliès.
Pépiniere Baud

1 commentaire a été rédigé, ajoutez le votre.

  1. CHEVALLIER

    les articles sur le greffage en écusson sont très instructifs.
    En particulier j ai appris ce que je ne faisais pas au moment de prélever l’écusson de finir le prélèvement en une fine bande d’écorce.
    Cette technique permet de décoller le reste de bois dans l’écusson en le décollant plus simplement. Il suffit de saisir le bas de l’écusson entre 2 doigts et en tirant dans le sens opposé la fine bande d’écorce.

    Concernant le bouturage au vert j’ai également appris que la bouture (ex rosier) est très courte un bourgeon et une feuille tire sève. En général les jardiniers amateurs comme moi ont tendance à planter des boutures longues avec plusieurs bourgeons pensant avoir plus de chance à la reprise. Fausse idée en fait puisque que les jeunes radicelles devront alimenter plus de bois !

    Cette année la canicule dans les alpes maritimes n’a pas été favorable à la figue BELLONE .

    Encore merci pour ce site qui peut être un véritable outil pour améliorer notre jardin, préserver le patrimoine et partager les techniques