Blog

Un peu de pluie !

Il est tombé environ 10 mm au mazet ce weekend. Une pluie fine et longue qui a fait du bien à la nature. Toutefois, après la pluie j’ai creusé et je me suis aperçu que l’eau ne s’était infiltrée que sur 3 cm environ. Tout comme le mois de juin (7 mm à Nîmes), l’eau est surtout tombée sur l’Herault et les Cévennes.

Le stress hydrique est comme chaque année important. Toutefois comme l’ensoleillement est un peu plus faible, j’arrive à faire face aux plus gros déficits hydriques. Les escargots ont trouvé refuge sur le fenouil et les figuiers !

3 comments were added, add yours.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. Mr. Bifidus

    Cette observation est relativement logique. Un sol est constitué de particules solides et de pores. Si l’on suppose selon une première estimation que 50% du sol serait constitué de pores, et si l’on suppose un sol sec dont les pores sont largement remplis de gas, il est assez logique que 1 cm de pluie descende 2-3 cm dans le sol… En n’utilisant que des estimations complétement approximatives, les spécialistes en sciences du sol s’arracheraient probablement les cheveux s’ils prenaient le temps de lire le genre de bêtises que j’écris. Si l’on suppose que les chiffres sont fiables et les propriétés du sols (et son degré de sécheresse) sont constants proche de la surface, il faudrait ainsi 100 mm pour que l’humidité descende à 30 cm.

    • Mr. Bifidus

      *gaz

    • Benoit Vandangeon

      Exactement ! Maintenant, il faut espérer que la vie du sol, les réseaux de champignon (il y a du mycelium sous chaque pierre, morceau de bois) vont absorber cette eau et la transmettre un peu plus profondément. Je remarque que les arbres qui s’en sortent le mieux dans la garrigue sont les micocouliers qui disposent d’un système racinaire complémentaire : des racines en surface pour capter les petites pluies et des racines profondes pour puiser ce qu’il y a dans les couches basses. Je suppose que pin Sylvestre (qui n’a besoin que de 100 l. d’eau pour produire 1 kg de matière sèche, alors que la moyenne des autres arbres est de 300 l.), olivier, arbousier, amandier et abricotier ont des stratégies similaires.