Blog

Une seule pistache…

J’ai deux pistachiers greffés dans mon jardin, le premier a fleurit trop tôt (les térébinthes n’étaient pas encore en fleur), tandis que le deuxième ne fleurit que maintenant alors que les térébinthes sont fanés !

Si on ajoute les gels tardifs, la fécondation s’annonce mauvaise cette année. Une seule pistache s’est formée pour le moment !

Les pistachiers de semis se développent toujours aussi lentement, au bout de 5 ans ils mesurent une quarantaine de cm…

Tandis que le pistachier greffé le plus vieux a les feuilles grignotées par des insectes qui pullulent !

Un ami habitant au Portugal m’a posé quelques questions à propos des pistachiers. Il a planté des pistaches il y a quelques années et se demande s’il va obtenir des fruits. Lorsque l’on sème une pistache, il faut prendre en considération plusieurs facteurs :
– semer un fruit cru (la plupart des pistaches sont salées et grillées !),
– il est souhaitable de connaître son origine : si ses deux parents sont des Pistacia vera on risque d’avoir des fruits assez intéressants, tandis que si le mal pollinisateur est Pistacia terebinthus les fruits risquent d’hériter d’une partie des gènes de ce dernier (fruits minuscules ?),
– j’avais lu, mais je n’ai pas retrouvé la sources (donc à prendre avec des pincettes), que l’on obtenait plus de sujets femelles que mâles par semis (les différences morphologiques entre les sujets mâles et femelles sont faibles sur une jeune plantule, il existe des méthodes pour déterminer le sexe :  https://patents.google.com/patent/CN102147400A/en et https://www.researchgate.net/publication/267250372_Determination_and_assesment_of_the_sex_chromosomes_of_male_trees_of_pstachio_Pistacia_vera_L_using_in_vitro_culture) .

Voici une vidéo qui montre un procédés (notez que je mets directement les pistaches en terre et cela fonctionne pas trop mal non plus !) :

On lit souvent que le pistachier se satisfait de sols superficiels, toutefois, il est clair que dans ces conditions arides la croissance est lente.

Les hivers froids sont nécessaires, car ils satisfont les besoins en froid des pistachiers femelles et mâles (en moyenne 900 heures en dessous de 7 °C). Sans cette dormance hivernale, les rendements seront faibles. Le pistachier résiste généralement bien au froid l’hiver (mais pas trop humide) et à la chaleur l’été. Les variétés précoces sont sensibles aux gels tardifs. La plante est dioïque et il faut faire correspondre les périodes de floraison. Les terebinthus pollinisent les vera.

En conclusion, pour répondre à cet ami vivant au Portugal, il est clair que Faro n’est pas la région idéale pour produire des pistaches, cette localité n’enregistre pas 900 heures de froid en hiver (soit plus de 30 jours complets en dessous de 7°C). Toutefois, certaines variétés réclament moins de froid que d’autres !


Quelques articles pour compléter le sujet :
https://plantae.garden/en/polinizacion-del-pistacho-y-caracteristicas-de-sus-flores/
https://www.persee.fr/doc/jatba_0021-7662_1955_num_2_7_2236

5 comments were added, add yours.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. Anonyme

    Concernant le semis de pistaches : effectivement il y a le risque d’hybridation avec le térébinthe, indétectable sur les graines mais qui conduira à de tout petits fruits.
    S’il s’agit de Vera x Vera : les pieds femelles semblent dans certains cas être parthénocarpiques , pistaches avec un aspect extérieur normal mais vides à l’intérieur.
    J’ai constaté moi même sur des semis de Vera : 10 pieds femelles pour 1 mâle. La proportion sur un unique essai de taille réduite n’a pas de valeur générale, mais donne une tendance.
    Sur les variétés : les variétés italiennes (Napoletano) et les variétés tunisiennes (Sfax, Mateur) adaptées aux zones littorales tunisiennes , ne seraient elles pas à tester au Portugal, plutôt que des variétés de climat continental (Kerman par exemple) ?

  2. Jean-loup Charpentier

    Il faudrait que j’essaye chez moi le froid c’est bon j’ai :). Pas d’exigences niveau chaleur ???

    • Benoit Vandangeon

      J’ai trouvé ça : pour le froid en fonction des variétés le besoin annuel est compris entre 750 à 1 400 h tandis que les besoins en chaleur sont de 8 852 à 15 420 Growing Degree Hours (GDH). La variété Kalle-Ghuchi a les besoins les plus faibles en froid (750-950 h) et en chaleur (8852-9768 GDH), Ahmad-Aghaei et Owhadi a des besoins intermédiaires (1000-1250 h, 10656-13320 GDH) et Akbari avait les besoins les plus élevés en froid (1200-1400 h) et en chaleur (11863-15420 GDH).
      J’ai trouvé la méthode de calcul du GDH complexe car elle repose sur un seuil que l’on ne connait pas…
      A mon humble avis, je dirai que c’est un peu juste le climat normand pour la pistache. Mais il faudrait essayer, pour avoir des certitudes !
      Source : https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S1671292708602813

    • Jean-loup Charpentier

      Oui oui je me doute bien que s’il n’y en a pas pas partout ça doit être pour quelque chose. Un cultivar n’ayant pas forcément besoin de beaucoup de froid et de chaleur sur un malentendu a voir 🙂

  3. Karine

    Bonjour
    En ce moment, j’ai aussi de nombreux insectes tels que celui sur la photo qui consomment les feuilles de mon kaki et des mirabelliers.
    Ils se laissent tomber au sol ou s’envolent aussitôt qu’on s’approche pour les attraper 🙁