Blog

Première tomate !

La première tomate mure le 23 juin. Malgré la chaleur du mois de mai et du mois de juin, il a fallut attendre bien longtemps pour manger la première tomate mûre. Il s’agit d’une green zebra qui se consomme verte. Un délice, une tomate vaut mille tomates du commerce !

23 juin 2022,
23 juin 2021,
16 juin 2020,
24 juin 2019,
19 juin 2018,
10 juin 2017,

8 comments were added, add yours.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. ClémentP

    Pas très précoce pour le sud dit donc, mais oui avec le manque d’eau ça pousse moins vite. Néanmoins la green zebra n’est pas une variété précoce, as-tu pensé a te procurer des variété qui le sont? Dehors j’ai déjà récolté de la matina, siberian, prune noire et black prince. La red zebra arrive, suivie je pense de la anna-russe puis de la ananas blue.
    Dans la serre j’ai récolté la première tomate (matina) le 23 mai.
    Si tu veux des graines je peux t’en envoyer (sauf la black prince qui est contaminée par les semences je pense).
    C’est clair, les tomates du jardin n’ont rien à voir avec celle du commerce…..enfin ça fait tellement longtemps que je n’ai pas mangé de tomate du commerce…..je ne m’en rappel plus… 😀

    • Benoit Vandangeon

      Oui ! Je crois que lorsque j’habitais en région toulousaine, j’avais des tomates plus précoces. Je ne suis pas assez généreux en terme d’arrosage. Toutefois cette année j’ai été régulier. Et mes pieds ne sont pas en stress hydrique. Je pense que ma terre est bien pauvre, mes tomates en centre ville (quand j’avais le bureau et les deux grands avocatiers) étaient beaucoup plus précoce (deux semaines environ) et quasiment pas d’arrosage ! Mais elles étaient un peu incipides. Elles n’avaient pas beaucoup de lumière dans ce jardinet entouré de hauts murs. Les conditions du Mazet sont vraiment pénibles pour les tomates : pas de sol, soleil sans répis, vent violent… Je donne l’impression comme beaucoup de jardiniers de me plaindre mais avec 100 mm de pluie en six mois, et un vent si violent on ne peut pas se représenter. C’est un peu comme si on passait un coup de chalumeau dans le potager.
      Il y a un spécialiste de la tomate entre Béziers et Lodève (Pascal Poot), mais lorsque l’on regarde la carte de pluviométrie ses conditions n’ont généralement rien à avec les miennes (et il a de la terre assez profonde qu’il améliore avec du fumier de brebis).
      Bref, c’est pas la joie et j’attends toujours la variété miracle qui supporte le désert (je rappelle que chez moi même les figues de barbarie refusent de pousser).
      Désolé pour ce long monologue, mais le potager en garrigue ça fatigue pas que les plantes !
      Heureusement que la saveur est incomparable, c’est plus goûteux qu’une tomate séchée 🙂
      Élever des variétés précoces est une bonne idée, car si le printemps est pluvieux le pied peu avoir atteint une taille respectable en début d’été afin de mieux combattre ces agressions.
      J’essaierai volontiers une variété que tu me conseilleras (tu me diras ce que tu souhaites en échange, je suppose que tu as fait le plein d’asiminier ?).
      J’ai lu que pour la matina :
      « Vous pourrez récolter les tomates 4 à 5 mois après le semis. »
      Cela n’est pas si précoce ? Quand fais tu t’es semis ? C’est une tomate grappe ?

    • ClémentP

      J’ai semé mi février sur couche chaude pour celle en serre.
      Et mi mars pour celle qui sont dehors, aussi sur couche chaude.
      Sans couche chaude ça aurait surement mis un peu plus de temps….mais pas de là a mettre 5 mois je pense.
      Tomate grappe je sais pas, je ne comprend pas trop le concept lol. Il y a 7/8 tomates par grappe mais elles ne murissent pas toutes en même temps.
      Depuis le début de l’année je suis à à peine 150mm de pluie et plusieurs vagues de grosse chaleur (41.3°C le 18 juin)….heureusement que j’ai un puits…. 😀 Mais jusqu’à maintenant j’ai de la chance, je suis passé à coté de la grêle, à 5km de chez moi ils ont eu des balles de ping-pong qui tombaient du ciel…..
      Oui niveau asiminier j’ai ce qu’il faut….mais je ne suis pas contre quelques greffons si tu as. Faut que je me penche sur la question pour savoir quand je dois procéder, je re-regarderais ta vidéo sur le sujet.

  2. olivier13410

    bonjour Benoit,
    je te rassure moi je suis dans une très bon terre (ancienne terre de près très profonde + compost de fumier de mouton tous les ans + eau autant que je le souhaite + mistral/tramontane bien plus que je n’en souhaites) et pourtant semis le 05 mars (tomates cornue) conservé en serre 1,5 mois planté en terre le 20 avril (sans aucune protection) et je viens juste de manger ma première tomate, donc au final pas plus précoce que toi. peut-être que la cornue est une tomate qui demande plus de temps que les autres pour murir je ne sais pas ?

    • Vincent Deligny

      Salut Olivier, en effet la cornue ne fait pas partie des variétés précoces et est plutôt mal acclimaté au sud de la France (cul noir frequent); elle préfère la fraicheur de la montagne 😉

  3. Vincent Deligny

    Hello Benoit
    En tant que collectionneur de 350 variétés de tomates je peux t’aider à avoir une variété qui devrait te faire gagner 1mois de précocité 😉

    • Benoit Vandangeon

      Salut Vincent,
      Oh quelle bonne idée ! Au niveau de la tomate, je cherche l’oiseau rare qui supporte des terres superficielles pauvres, la sécheresse et qui produit bien dans ces conditions. Je ne suis pas trop exigeant question saveur, car honnêtement j’adore toutes les tomates, je me demande s’il ne s’agit pas d’une question de terroir et de culture plus que de variété à ce sujet ?
      Je profite de tenir un collectionneur pour savoir si des travaux de résistance aux conditions hivernales [froid+humide] ont permis d’isoler des variétés intéressantes ? Des variétés qui pourraient rejeter au printemps (comme leurs cousins pepino et physalis) ? Car même en condition hors gel (Ligurie par exemple), les pieds dépérissent en hiver (tandis que sur la costa tropical, même sans serre, la tomate peut être cultivée en plein hiver)…

    • Vincent Deligny

      En effet Benoit, les tomates n’échappent pas à un besoin d’acclimatation pour bien s’adapter à un terrain ou a un climat. L’avantage de la tomate par rapport aux arbres c’est que chaque année on peut semer à nouveau la variété de l’année d’avant et donc espérer une évolution génétique beaucoup plus rapide.. On peut également rechercher des variétés locales déjà adaptées comme celles du pourtour méditerranéen (pour chez toi) venant aussi bien d’Espagne , d’Italie que du Liban (variété « Libanaise des Montagnes »)… De chez Pascal Poot il y a la Grégorie Altai , la Russe , le Noire de Crimée et la Cerise noire entre autre qu’il a réussi à très bien acclimater (j’ai des superbes résistances à la sécheresse et de très bonnes productions sur ces variétés…) 😉 Quelques variétés passent l’hiver comme la « Indigo » (juste très esthétique) mais ça ne vaut pas le coup car elles ont du mal à repartir au printemps (même chose chez les poivrons/piments).