Blog

Madère : l’île aux bananes !

La culture de la banane à Madère ne date pas d’hier ! Elle a été introduite il y a près de 500 ans. Elle couvre environ 850 ha. C’est principalement la variété « Dwarf Cavendish » (60%) qui est cultivée.

Il est très rare d’en trouver des régimes murs ! Car ils sont cueillis verts puis poursuivent leur maturité avant d’être vendus. Mais rien ne vaut un fruit mur sur l’arbre ! J’en ai trouvé quelques unes :

La Dwarf Cavendish est très bonne et tire profit du climat et du terroir. Cependant, on trouve également cette variété de meilleure qualité gustative (appelée localement Maça) :

Un collectionneur m’a donné une main de « Bresilian Dwarf » : un régal incroyable ! Une petite pointe acidulée qui complète très bien cette chair moelleuse et sucrée.

On trouve rarement sur les étales cette variété, mais j’ai eu la chance le dernier jour de pouvoir en acheter quelques unes (localement appelée « Prata ») :

Les bananeraies sont spectaculaires, car elles poussent le long d’un relief très accidenté. Généralement cultivées à moins de 300 m d’altitude, on observe des sujets isolés jusqu’à 550 m.

Le vent violent peut coucher les bananiers, c’est la raison pour laquelle ils sont souvent étaillés !

Voici un camion rempli de régimes fraîchement cueillis (Funchal)

Références
https://www.researchgate.net/profile/Antonio_Aguiar/publication/233819652_Main_pests_and_diseases_of_bananas_on_Madeira_Island/links/0fcfd50dd8a7c4543d000000/Main-pests-and-diseases-of-bananas-on-Madeira-Island.pdf

1 commentaire a été rédigé, ajoutez le votre.

  1. Pierre Bianchi

    Ce qui m’a étonné c’est que malgré le climat à peine subtropical la production de bananes persiste en saison froide.
    Le caractère climatérique de ce fruit, contribue beaucoup à ce que les bananes consommées en Europe aient peu de parfum.
    Noter que Port-vendres est le premier port français pour l’importation de bananes, et le 2° port de Méditerranée pour fruits exotiques.
    Une idée de la qualité gustative de M.Rajapuri ? Complètement défolié cet hiver, le bourgeon terminal sort discrètement.