Blog

Reportage : Surgreffage d’agrumes [vidéo]

Reportage à Alcanar (Espagne) sur le surgreffage de mandarinier. Découvrez les méthodes utilisées par les professionnels de la greffe ! Instructions en espagnol.

Merci à Pierre pour ce reportage passionnant, on a pas l’habitude de voir ce qui se passe dans les vergers pro !

5 comments were added, add yours.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. Pierre B.

    Merci Benoît pour le montage.

    • Benoit Vandangeon

      C’est vraiment passionnant de voir les pro greffer ! Je n’aurai jamais cru que l’on puisse détacher le greffon comme cela ! On dit souvent que le greffon risque de se dessécher mais cela ne semble pas préoccuper le greffeur ! Je ne sais pas combien de greffe il réalise dans une journée ? Je suppose que le climat permet de greffer sans crainte sur mandarinier.

      Cela me rappelle un producteur de pomme qui surgreffait son verger car la variété était devenue obsolète pour le marché ! C’est mieux que d’arracher tous les arbres ; il me semble ? La durée de vie d’un citrus est longue et le nouvel arbre peut encore produire de longues années ?

      En tout cas merci pour nous faire voyager et d’enrichir le site par ce reportage passionnant !

  2. ppmiscs

    Merci Pierre. Ce reportage m’apporte des pistes pour améliorer le suivi des écussons en « sauvage » : une fois posés, je laissais faire, avec le regret de retrouver beaucoup d’écussons ou de chips collés mais dont le bourgeon semblait avoir macéré sous le « scotch ». Je vais essayer de revenir 25 jours après pour enlever la ligature et faire l’incision au dessus. Mes premières tentatives étaient faites avec du raphia en laissant le bourgeon apparent et ça allait mieux… Merci, et merci pour les PG rapportés.

    • Pierre B.

      Je pense qu’il y a deux façons de faire pour provoquer la croissance de l’écusson:
      Faire l’entaille ou pour les branches/tronc de petit diamètre on peut aussi casser la branche partiellement de façon à avoir les bourgeons terminaux plus bas que l’écusson.

  3. Pierre B

    Bonjour,
    Pour la démonstration il a pris son temps mais je suppose qu’ensuite il augmente le rythme. En partant j’ai vu qu’il enfillait son bleu de travail pour attaquer vraiment et sans doute qu’il avait aussi des greffons plus « frais ».
    En gros, il avait 2500 arbres à faire et ça devait lui prendre 2 mois.
    Il devait changer pour une variété avec la peau des fruits qui se détache plus facilement parceque celles là se vendait pas bien.