Blog

2020 : bilan météo

L’année 2020 a été marquée par une grande sécheresse à peine compensée par des précipitation tardives, au total 502 mm sur l’année (100.6 mm au mois de décembre 2020). Les températures minimales absolues sont de de -2.4 °C le 6 décembre 2020 à la station de Nîmes-Courbessac. L’ensoleillement est de 2663 heures. Le record de chaleur est de 41.5°C, tandis que les moyennes de maxima sont de 33.4 °C en Juillet (+2.3°C) et 32.8°C (+2.3°C). Sur l’année, avec 16.5°C de moyenne, on constate une hausse de 1.3°C par rapport à la moyenne sur 1981-2010.

L’autre phénomène marquant de cette année est probablement la douceur de l’hiver 2019-2020. Les « acclimateurs » en ont profité pour cultiver des plantes sensibles telles que la canne à sucre, le bananier…

Voici pour l’arc méditerranéen les températures moyennes :

On notera que certaines stations du Var et des Alpes Maritimes dépassent les 17°C de moyenne.

Pour les minima les plus cléments il faudra encore se tourner vers les mêmes départements, notez aussi des températures minimales très douces en Corse.

Le mois de décembre 2020 a été le plus froid avec 3.6°C de minima (conforme à la moyenne sur 1981-2010) et 11.2°C pour les maxima (contre 11.3°C). Le jardin a beaucoup souffert de froid persistant et humide.

Le début du mois de janvier 2021 reprend les mêmes ingrédients : un froid humide qui cause pas mal de dégâts (ici un jeune avocatier sous la neige).

Analyse
Le climat de Nîmes est vraiment très chaud et sec en été avec 33.4°C en juillet et 32.8°C en août, c’est bien plus chaud que Montpellier (30.8 et 30.3), Perpignan (30.7 et 30.8) ou Nice (27.6 et 29). Seule la station du Cannet des Maures/ Le Luc est plus chaude (33.8 et 34.3), mais lorsque l’on intègre les températures nocturnes, Nîmes Courbessac reste plus chaud.

Ce qui est très frappant vis à vis des autres stations, c’est l’absence de répit pendant la période estivale : sur le front des températures et des précipitations la végétation est en stress continu sans aucune accalmie. Cela tranche vraiment avec les autres régions, lorsque je suis allé à Perpignan cet été (2 jours de pluie) et dans le Tarn (pas si chaud) je me suis vraiment rendu compte de la particularité Nîmoise… Et quand j’entends les habitants de ces régions se plaindre de la sécheresse estivale, je ne peux m’empêcher de leur répondre qu’ils ne sont pourtant pas si mal loti !

D’autre part, à force de nous répéter que le climat se réchauffe, nous en avons oublié que l’hiver peut être froid. Décembre 2020 et le début du mois de janvier 2021, nous rappelle que sous nos latitudes le froid n’est pas un évènement si rare !

1 commentaire a été rédigé, ajoutez le votre.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. Tien MA

    Bilan de la vague de chaleur d’août 2020

    Publication : mardi 18 août 2020 00:24
    Écrit par Philippe Mievis

    Avec 24.4°C comme maximum ce 17 août 2020, il est confirmé que la vague de chaleur s’est officiellement terminée ce 16 août.
    Elle restera dans les annales comme une vague de chaleur majeure, et très intense (voir détails ci-dessous dans l’article). Avec une humidité qui a nettement augmenté les derniers jours de cette vague de chaleur, ajouté aux nuits très chaudes, la chaleur a souvent été difficile à supporter pour les personnes les plus sensibles.

    Le record mensuel pour un mois d’août a ainsi été battu à Uccle le 8 (35.9°C), jour le plus chaud de cette vague de chaleur. Ailleurs dans le pays, la température a atteint jusqu’à 37.5°C à Kruishoutem.

    https://www.meteobelgique.be/article/nouvelles/la-suite/2418-bilan-de-la-vague-de-chaleur-d-aout-2020

    Par contre en décembre 2020, il a plu beaucoup plus qu’en juillet et aout 2020.