Blog

Visite dans les Pyrénées Orientales

Depuis la perte de mon disque dur, je suis contraint de réduire un peu les publications. Toutefois, je vous communique, photo à l’appui, quelques infos sur mes visites dans les Pyrénées Orientales ce Week End. Premier arrêt à Perpignan à l’inauguration d’un show room dédié aux fruitiers rares. Fabien nous a accueilli et prodigué des conseils précieux. Il est sensibilisé à la résistance au froid des porte-greffe d’agrumes. J’ai pris des Orangers Navelina sur Forner Alcaide 5 (FA5), un mandarinier rare, un pistachier femelle, deux avocatiers (grand choix de variété) et des FA 5 (pour m’entrainer un petit peu). Olivier Biggio était présent et montrait en non-stop la greffe d’agrume ! Les prix de cette pépinière sont raisonnables et l’on ne cherche pas à dissimuler l’origine des plants. Je dis cela car parfois les pépiniéristes n’osent pas annoncer qu’ils se fournissent en Espagne.

https://www.facebook.com/Agrumes-rustiques-110289061834236/

Ensuite, nous sommes accueillis à Banuyls-sur-Mer par un amateur de fruitiers rares. On sent que cette station de bord de mer est baigné par un microclimat favorable. Nous n’allons pas être déçu, les agrumes, les avocatiers s’enchainent puis divine surprise : un cherimoya adulte d’environ 7 m de haut chargé de fruits. Notons également un litchi…

A Port Vendres, le jardin de Fred me rappelle un peu le mien : en pente, peu de terre et très peu d’eau ! Il n’empêche que beaucoup d’expériences sont faites avec des anones, des cactus, des sapindacées (longan/litchi). Ce lieu est hors gel d’après le jardinier. J’ai admiré les caféiers :

Ainsi qu’un fruit du dragon en fleur :

Au Mas Després où nous allons passé la nuit, le jardin est magnifique et riche d’enseignement. Les sapotes, avocatiers, agrumes, goyaviers (etc.) composent dans une « forêt fruitière » très agréable. Je note le premier cherimoya et les avocatiers de semis productifs (tandis que ceux greffés ne le sont pas !). Un avocatier type mexicain fait de splendides petits avocats noirs cornichon !

Le lendemain, Eric nous fait visiter son terrain qui est exposé aux gels printaniers tardifs. Le jardinier s’adapte et s’oriente vers les plaqueminiers, figuiers… Les sapotes blanches et la canne à sucre persistent mais chaque année repartent du bas ! Puis, Eric nous amène dans une exploitation d’avocatier Hass. Là on prend une sacrée claque ! Bouche bée, on déambule devant ces branches chargées de fruits (photo du haut) !

En rentrant, impossible de passer à côté de Bézier sans saluer Alexandre. La pluie a métamorphosé les lieux, le jardinier a agencé avec gout les différentes espèces et nos yeux se régalent, tout comme nos palais avec les passiflore incarnata !

Une grappe de pomelo d’environ 20 fruits !

3 comments were added, add yours.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. Clément

    Chouettes visites, des fois je me dit que j’aimerais bien habiter dans le sud…..
    Qu’as-tu pensé de la passiflore incarnata? J’ai déjà gouté 3 fruits de chez moi et je trouve ça très bon, un bon équilibre acide/sucre, mais le murissement est long…..surement dû au manque de soleil qui tape directement sur les fruits….(palissage à l’horizontale, donc les fruits sont cachés par le feuillage exubérant), par contre c’est vraiment envahissant, j’ai des rejets partout…..
    Peut-tu publier une photo de tes Navelina? J’en ai commandé un chez Quissac il y a peu (j’attendais depuis longtemps qu’ils remettent du stock sur le site), mais j’ai un petit doute sur le faite qu’il vient vraiment de chez eux vu le format sous lequel ils le proposent….je devrait le recevoir la semaine prochaine.

    • Benoit Vandangeon

      Salut !
      Pour l’incarnata, je trouve que cela a une saveur de malabar/fraise tagada ! Il y a un petit arrière goût désagréable qui m’empêche d’être complètement conquis. Mais peut-être qu’avec le temps cela disparaitra. Je note également que les fruits immatures sont insipides et sans parfum.
      Dans la vidéo du mois d’octobre, je ferai une pause sur le Navelina.
      Sinon, je te conseille vivement (si tu as un smartphone) de nous rejoindre sur Telegram, c’est un peu chronophage, mais il y a une quantité d’info bien utiles !

    • Clément

      Je n’ai pas retrouvé le gout de malabar/fraise tagada que tu décris, peut-être que ceux que tu as gouté étaient trop mûrs?
      Je ne peux pas aller sur telegram, je n’ai pas de téléphone connecté et je ne peux pas l’installer sur mon ordinateur car leur programme est incompatible avec ma version windows….fracture numérique….