Blog

Conseils de lecture

Voici un site particulièrement instructif en matière d’acclimatation. Il s’agit d’observations réalisées dans l’Arizona. La particularité du climat : des températures minimales hivernales comparables à celles de Menton/le littoral Corse. Un record de froid à Phoenix de -9°C. En revanche, les maximales même en hiver sont très élevées. Et les précipitation très faibles (env. 200 mm)…

http://www.phoenixtropicals.com/frostDamageChart.html
http://www.phoenixtropicals.com/frostDamage.html

NB : une nouvelle fonctionnalité dans Google tapez « climat + [nom d’une ville] » et vous obtenez un diagramme détaillé (les informations sont plus ou moins exactes, mais cela permet par exemple de connaître les diagrammes de Menton qui ne sont pas accessibles).

Je vous propose une traduction des deux articles :

Dommages occasionnés par le gel

Les informations ci-dessous sont basées sur mon expérience des températures inférieures à 0°C à Phoenix (Arizona), ainsi que sur des données collectées de la littérature. Les plantes que je n’ai pas personnellement expérimenté sont signalées par les signes  * et $. La raison pour laquelle je n’ai pas vu cette plante subir des dommages est soit que je ne l’ai jamais exposé à des conditions trop froides, soit qu’elle est acclimatée à mon climat. Ci-dessous sont énumérées les températures auxquelles une plante commence à être endommagée. Les dommages commencent généralement aux extrémités d’une plante, puis progressent à l’intérieur. La durée pendant laquelle la plante est soumise à ces températures est également important. Certaines plantes requièrent des températures plus basses pour que les branches soient endommagées. Généralement pour les plantes subtropicales et tropicales, les températures susceptibles de provoquer des dégâts sont les mêmes pour les feuilles que pour les branches. Quand une plante est soumise à des températures plus basses, les dégâts se produiront plus rapidement. Si une plante est suffisamment endommagée, elle ne se rétablira pas. Les dommages causés par la déshydratation des feuilles due au gel ne sont pas pris en compte dans ce tableau. Seuls les dommages dus au gel qui provoquent l’éclatement des cellules des végétaux sont pris en compte. Certaines plantes vont récupérer même si leur parties aériennes sont détruites, tant que le sol ne gèle pas et qu’elles sont bien établies. Ces plantes sont marquées d’un symbole #. Les plantes qui repoussent des racines seront fidèle au type que si elles ne sont pas greffées.

Légende :

* = A été protégé afin qu’il ne soit jamais gelé dans mon jardin.
$ = N’a jamais eu assez froid pour geler dans mon jardin.
# = Récupérera des racines une fois gelé au sol.
@ = Les branches sont nettement plus rustiques que les feuilles. La température de congélation des branches est indiquée après le signe @.

Temperature
(°C)
Plante
0 Adenium (Adenium obesum « la Rose du désert »)
Bougainvillier (#)
Carissa (#)
Plumeria (Frangipanier)
-1.1 Banane (#)
Ficus benjamina (Figuier pleureur)
Papayer
-1.7 Prunier de Cythère (*)
Atemoya (croisement chirimoya/pomme cannelle)
Goyavier (#)
Hibiscus (#)
Lantanier (#)
Manguier
Inga
Fruit de la passion Edulis (#)
Vinca rosea (Pervenche de Madagascar)
-2.2 Allspice (Piment de la Jamaïque)
Longan
Lychee
Carambole
Sapote blanche (@22,-5.6)
-2.8 Ficus nitida (Ficus ginseng)
Grumichama (Cerisier du Brésil)
Guabiju ($) – Myrcianthes pungens (probablement aussi rustique que le Feijoa)
Bauhinia blakeana (#)
Arbre fougère, Jacaranda (@20,-6.6)
Cascabela thevetia
-3.3 Pomelo ($)
Citron ($)
Lime ($)
-3.9 Oiseau du paradis ($)
-4.4 Jaboticaba ($)
Loquat ($)
Orange ($)
-5.6 Cerise du Rio Grande, Eugenia involucrata ($)
Avocatier type mexicain ($)
-6.6 Palmier de Madagascar, Pachypodium lamerei ($)
Mandarine ($)
-9.4 Kumquat ($)
Laurier rose ($)
-11.1 Feijoa ($)

 

Observations des dommages dû au gel

Photo
Un manguier de 2 m. deux semaines après un gel mortel. Il a reçu une protection minimale contre le froid, un voile a été enroulé autour de la base du tronc. Il est couvert de feuilles aux jolies tonalités automnales marron et or, ornement inhabituel pour un manguier ! L’arbre a un tronc de 5 cm de diamètre et a 4 ans. Il commence donc à devenir assez gros. Ce manguier a effectivement survécu au gel mais est devenu beaucoup plus petit, environ 30 cm de haut.

Généralités
Même si le gel et le froid sont décourageants pour ceux qui cultivent des plantes tropicales et subtropicales, ils peuvent également fournir une expérience enrichissante. Avec une compréhension claire de la résistance des plantes au gel, on peut éviter de perdre du temps à protéger inutilement les plantes et savoir aussi quand il faut vraiment les aider à passer un épisode de froid.

Cette base de connaissances aide également le jardinier à choisir les plantes qu’il va essayer de cultiver. Bien sûr, avec suffisamment de technologie et d’efforts, n’importe quelle plante peut être cultivée n’importe où dans le monde, mais décider si cela en vaut la peine est une décision personnelle.

Vous trouverez ci-dessous le récit d’une nuit d’hiver exceptionnellement froide à Phoenix, en Arizona, ainsi qu’un exposé de la façon dont ces plantes sélectionnées ont réagit au gel intense. Enfin, je parlerai des techniques de protection des plantes contre le gel.

Un gel meurtrier sévit à Phoenix

Dans la nuit du Samedi 13 janvier 2007, une masse d’air extrêmement froide venue de l’arctique s’est déplacée dans le sud-ouest des États-Unis. En Californie, la culture des agrumes a été gravement endommagée par le gel. Ici à Phoenix, les températures ont été les plus basses depuis 18 ans et tous les Ficus nitida, même les plus grands et les plus protégés, ont été tués. Même les lauriers roses de la ville étaient gelés, ce qui est très inhabituel ! Malheureusement, les prévisions météorologiques ne prévoyaient que des minima de 32° F (0°C) à l’aéroport Sky Harbor de Phoenix. Beaucoup de gens ont donc été pris au dépourvu lorsque les températures dans les zones urbaines ont chuté encore plus bas. Vous pouvez illustrer à quel point il faisait froid en examinant les conditions de la nuit chez moi, au nord de Mesa, dans un quartier bien développé de la ville. Sur le bord extérieur d’un patio couvert, mon thermomètre indiquait 28°F (-2.2 °C) à 3 heures du matin et 27°F (-2.8°C) à 7 heures du matin. Cela équivaut à 4 heures complètes en dessous de -2.2°C. Les températures dans la cour étaient probablement encore plus froides. La mare était gelée sur 2.5 cm. En outre, les températures en plein désert auraient atteint les 18° F (-7.8°C), tandis que les habitants du centre de Phoenix ont réquisitionné les plombiers pendant des semaines, afin de réparer des canalisations cassées.

Analyse des dommages dus au gel 4 mois plus tard (14 mai 2007)

Rose du désert, Adenium obesum
Un petit adénium situé près de la maison et recouvert d’une boîte en carton les deux nuits les plus froides a été tué jusqu’au sol. Les dégâts causés par le gel semblaient au départ concerner uniquement ses extrémités, mais en 8 semaines, ils ont été détruits complètement.

Avocat, Zutano
Aucun dommage. Il est situé du côté ouest d’un mur de parpaing.

Banane, Enano Gigante
Toutes les plus grandes feuilles et les pseudo-troncs ont été congelés. De minuscules pousses de bananiers poussant à la base n’ont pas été endommagées et ont continué à se développer Étonnamment, même les pseudo-troncs plus importants qui semblaient complètement morts ont commencé à émettre de nouvelles feuilles hors de leurs centres un mois après le gel. Les bananes sont plantées contre le côté est de la maison.

Bougainvillier, Barbara Karst
Toutes ses feuilles ont été immédiatement détruites par le gel. À 8 semaines, de nouvelles pousses sont apparues près de la base de la plante.

Carissa, Natal Plum
Les plus grands carissas ont été congelés, à l’exception des parties les plus proches du sol ou du mur. Les parties de la plante qui n’ont pas gelé ont gardé leurs feuilles. À 8 semaines, même les carissas qui ont perdu toutes leurs feuilles ont commencé à repousser de la base.

Cerise du Rio Grande
A subi des dommages superficiels sur les plus petits tiges et les plus récentes, mais n’a généralement pas été affecté.

Agrumes
Les agrumes les plus sensibles, tels que les citrons et les limes, avaient des feuilles et des fruits endommagés. Il a fallu un certain temps pour que ces dommages se manifestent et la santé générale des plantes ne semble pas être affectée. Toutes les autres variétés d’agrumes n’ont pas été touchées.

Fig, Black Mission
Le figuier était déjà en dormance, il avait perdu ses feuilles et n’a pas été endommagé par le gel.

Ficus Benjamina
Ce ficus a été complètement tué, sauf dans les endroits les plus protégés. Il avait été planté largement dans les cours et les maisons voisines de la vallée, mais le fait d’être juste à côté de la maison n’en a pas épargné la plupart. Le Ficus Benjamina s’est révélé encore plus sensible au gel que le Ficus Nitida.

Ficus Nitida
Les petits ficus nouvellement plantés dans le quartier ont perdu toutes leurs feuilles et, huit semaines plus tard toujours aucun signe de reprise. Les très grands ficus ont gardé du feuillage au centre. Certains ficus de taille moyenne ont perdu toutes leurs feuilles mais ont commencé à repousser 6 semaines plus tard. La proximité des bâtiments et d’autres sources de chaleur a jouer un rôle assez important.

Goyave, tropical
Les goyaviers ont été endommagés superficiellement par le gel quelques semaines auparavant. Toutes les feuilles des goyaviers ont été immédiatement détruites par le gel. 8 semaines plus tard, mes goyaves rose et blanche ont commencé à faire  de nouvelles feuilles sur les branches principales près du tronc. La goyave rose a commencé – plusieurs jours avant le blanc – et a récupéré plus rapidement dans les semaines qui ont suivi.

Hibiscus
Un petit hibiscus des Canaries dans la cour a été tué jusqu’au sol mais a gardé une petite feuille verte au niveau du sol. Dix semaines après le gel, il a commencé à afficher une croissance vigoureuse. Un hibiscus plus grand, situé du côté est de la maison, a été gelé, mais au niveau du sol, les feuilles ont survécu et ont continué à croître. À 8 semaines, l’hibiscus plus grand a montré une nouvelle croissance sur les plus grosses branches, même dans les sections qui semblaient auparavant complètement mortes.

Jaboticaba
Cet arbre avait déjà perdu toutes ses feuilles avant le gel mortel. À 12 semaines, sa tige principale était toujours verte et vivante.

Jacaranda
Tous les Jacarandas de la ville ont perdu toutes leurs feuilles, mais après trois mois, ils ont commencé à pousser de nouvelles pousses vigoureuses.

Lantana
Toutes les lantanas ont été complètement défoliées, mais ont repris 4 semaines plus tard à partir des tiges les plus proches de la base.

Loquat
Pas de dégâts de gel.

Litchi, Brewster
Les dégâts sont apparus superficiels immédiatement après le gel. 2 semaines plus tard, 50% de ses feuilles étaient tombées tandis que les feuilles restantes semblaient toujours en bonne santé. Après 6 semaines, il ne restait que 2 feuilles. Il semblait y avoir des boutons sur les tiges mais il était difficile de dire avec certitude. À 8 semaines, une nouvelle croissance est apparue sur l’une des branches principales mais a été très lente. À 10 semaines, une nouvelle croissance vigoureuse a commencé.

Madagascar Palm
Cette plante était à côté du mur de la maison et n’a subi aucun dommage de gel. Avant le gel, il était déjà complètement dormant et dépourvu de feuilles et a poussé en mai comme d’habitude.

Mangue
Mes manguiers ont été complètement épargnés par un léger gel, à environ 0° C, plusieurs semaines avant le gel, mais ils ont moins supporté les températures inférieures à 0° C.
La plus grand manguier (voir photo ci-dessus) n’avait qu’un mince voile noué autour de son tronc inférieur les deux nuits les plus froides et il était complètement défoliée. Fait intéressant, il a fallu un certain temps pour que les dégâts soient visibles et les feuilles semblaient en assez bonne santé pendant presque une semaine après. Environ deux semaines après le gel, il avait des bourgeons verts sur le tronc principal, mais ceux-ci ont viré au brun, ce qui m’a amené à croire qu’il ne se rétablirait pas. En outre, la pourriture sur les branches endommagées par le gel semble avoir commencé à se transformer en tissu plus sain, de sorte que les zones endommagées ont été taillées à un pouce (2.5 cm) au-dessous de la pourriture. Cette coupe semble avoir stoppé la progression.
À 8 semaines, après 6 semaines d’inactivité, des bourgeons verts se sont formés sur le tronc à plusieurs centimètres du sol. À 10 semaines, ces bourgeons ont commencé à se développer vigoureusement dans de nouvelles branches.

Plusieurs très petits manguiers greffés que j’avais dans le sol ont été tués sur le coup, même s’ils étaient couverts. Cela montre clairement que les arbres plus petits ont besoin d’une source de chaleur en plus de la couverture si les températures chutent en dessous de -1.7 °C. Une source de chaleur aiderait évidemment une mangue plus grosse à subir moins de dégâts.

La capacité des manguier à supporter les températures froides semble presque identique à celle du Ficus nitida, ce qui porte à croire que les très grands manguiers dans les zones urbaines peuvent facilement survivre par ce temps. Maintenant, imaginez si tous ces ficus autour de la ville étaient des mangues. Je me demande pourquoi quelqu’un voudrait planter un ficus. Voici ce qu’est devenu le manguier (pris en photo en ci-dessus) 1 an et demi  après ce gel :

Olander
La plantation a subi des dégâts dus au gel sur les bords, qui ont mis longtemps à se manifester. À part ça, ils sont en forme.

Orchid Tree, Hong Kong
A perdu toutes ses feuilles quelques jours après le gel. 6 semaines plus tard il avait à la fois des branches fragiles et plus flexibles, mais aucune nouvelle croissance. A 8 semaines, une nouvelle croissance forte est apparue sur les plus grandes branches.

Papaye
La deuxième plante la plus sensible au gel que j’ai cultivée. Les papayes solos (hawaïennes) sont légèrement plus sensibles que les maridols (mexicains). Les solos non protégés ont subi des dommages foliaires même avec un léger gel, à environ 0 ° C, plusieurs semaines avant le gel, mais les tiges n’ont pas été endommagées et les feuilles émergentes, à l’ombre des grandes feuilles, ne sont pas endommagées. Le gel léger n’a pas affecté les Maridols. Pendant la période de gel intense, les deux types de papayes ont gelé à environ -1.1°C. Maintenir une papaye vivante en dessous de la limite du point de congélation nécessite assurément une protection.

Fruit de la passion, Frederick
A perdu toutes ses feuilles immédiatement après le gel, mais sa tige principale près du sol est restée verte. À six semaines, une nouvelle croissance est apparue sur la tige principale près de la base. La croissance a été lente au début mais à 12 semaines est devenue plus forte.

Feijoa
Pas de dégâts.

Plumeria (Frangipanier)
La plante la plus sensible au gel que j’ai cultivée ! Les plumerias non protégés ont subi des dommages mineurs aux feuilles, même avec un léger gel, à environ 0°C, plusieurs semaines avant le gel, mais les extrémités de la plante de croissance n’ont pas été endommagées. La nuit du dur gel, j’ai recouvert un petit arbre de tissu. Plus tard dans la nuit, lorsque la température atteignait -1.7 ° C, j’ai ajouté une ampoule de 100 watts sous le tissu. Les pointes de croissance de l’arbre ont fini par être gelées, mais le tronc principal a survécu. À 2 semaines, la pourriture sur les branches endommagées par le gel semble avoir commencé à se transformer en tissu plus sain, de sorte que les zones endommagées ont été taillées à un pouce au-dessous de la pourriture. Cette coupe semble avoir stoppé cette progression. À 8 semaines, l’arbre avait l’air pire qu’à 6 semaines et des sections du tronc semblaient en déclin. Il aurait certainement été préférable de mettre l’ampoule plus tôt dans la nuit. À 10 semaines, la tige a commencé à pousser vigoureusement bien que le tronc soit un patchwork de tissus vivants et morts et très fissuré. Cet arbre est définitivement en voie de guérison.

Royal Poinciana (Flamboyant)
Un très grand Royal Poinciana dans le quartier, avec un diamètre d’environ 15 cm à la base, perdu de toutes ses feuilles. Étonnamment, au bout de 4 mois, il a commencé à repousser de son tronc principal à un mètre du sol.

Star Fruit
Un carambolier que j’avais planté a été complètement tué. Sa croissance était extrêmement lente et n’a jamais fleurie. Depuis lors, j’ai acheté un carambolier Sri Kembangan. Il se porte plutôt bien et est beaucoup plus vigoureux que celui que j’avais auparavant. De plus, je le cultive à côté de la maison, où il recevra plus de protection contre le gel. Je posterai un article dessus quand ça fructifiera.

Tropical Bird Of Paradise
Aucun dommage pour les feuilles ou les tiges. Une fleur qui était actuellement ouverte a été desséchée. Il est planté à côté du côté nord de la maison.

Sapote blanche
Il a été complètement défolié par le gel meurtrier, mais de nouveaux bourgeons ont commencer à apparaître 4 semaines plus tard. 6 semaines plus tard, il était recouvert de nouvelles pousses, sauf sur sa ramure extérieure.

Laurier rose jaune
Presque complètement défolié, il n’a survécu qu’avec des dommages aux branches périphériques. À 4 mois, la plupart des plantes du quartier ont de nouvelle pousses.

Résistences des plantes au gel 
L’eau gèle à 0 ° C (32 ° F). La sève des plantes contient de l’eau et quand elle gèle et se cristallise, elle se dilate, cassant et tuant les cellules végétales qui la contiennent. Cependant, la sève d’une plante n’est pas simplement de l’eau, mais aussi un mélange de sucres, de nutriments et d’autres composants qui abaissent sa température de congélation en dessous de 0° C. La température minimale nécessaire pour geler la sève d’une plante dépend donc du type de plante. Les plantes qui sont plus résistantes au froid sont considérées comme plus robustes. Les plantes tropicales, provenant de climats chauds toute l’année, sont les moins robustes, mais peu, voire aucune, ne sera endommagée à 0°C, car toutes les plantes ont du sucre dans leur sève. Tout article indiquant qu’une plante ne peut pas supporter des températures inférieures à 15 ° C ou 40 ° F est susceptible d’être incorrect. Il est possible que certaines plantes tombent malades et finissent par mourir si les températures sont constamment basses, jour et nuit pendant des semaines, mais cela est différent de dire qu’une plante sera endommagée si les températures descendent aussi bas la nuit. Il est important de faire cette distinction lorsque vous recherchez ce qui se développera là où vous vivez.

Dureté des plantes Gel
Une plante peut toujours être endommagée dès 0° C (32 ° F) même si sa température de congélation est plus basse. La raison en est que le gel sur les feuilles d’une plante peut extraire l’humidité des cellules situées à la surface des feuilles, ce qui déshydrate et tue ces cellules. Les dégâts dus à la déshydratation par le gel sont généralement superficiels et n’affectent que les parties de la plante les plus exposées au ciel. La capacité des plantes à résister à ce type de dommages dépend de l’anatomie de la surface de leurs feuilles et, une fois encore, les tropiques sont les plus sensibles.
Fait intéressant, le gel peut se produire lorsque le thermomètre indique des valeurs supérieures à zéro. Voici un article qui explique cet apparent paradoxe.
http://www.islandnet.com/~see/weather/whys/frost.htm

Transfert de chaleur
La chaleur est transmise par des objets à températures plus élevées vers des objets à des températures plus basses. Par une nuit froide, les objets les plus chauds sont le sol, les bâtiments et les étendues d’eau et les objets les plus froids sont l’air et le ciel nocturne. Les objets plus chauds peuvent être qualifiés de sources de chaleur et les objets plus froids de puits de chaleur. Les plantes ne sont pas assez grandes pour être une source de chaleur ou un puits, elles sont donc coincées entre les deux et la chaleur les traversera simplement. Plus une plante est proche d’une source de chaleur, plus elle sera chaude. Ainsi, l’objectif de garder une plante au chaud est de l’avoir physiquement proche d’une source de chaleur et de l’isoler du dissipateur de chaleur. L’isolation ralentit le transfert de chaleur à travers l’installation et rapproche sa température de celle de la source de chaleur.

Techniques de protection des plantes tropicales et subtropicales contre le gel et le gel

Couvrir les plantes
Contrairement aux humains, les plantes n’ont pas de source de chaleur interne ; elles doivent donc être recouvertes d’une manière qui les isole avec une source de chaleur. Cette source est le plus souvent le sol. Le simple fait d’envelopper une plante dans une couverture ne servira à rien à la garder au chaud, car on l’isolerait simplement de tout ce qui l’entourait. Oui, l’isolation ralentira le transfert de chaleur vers l’environnement ambiant depuis la plante elle-même, mais il n’y a pas beaucoup de chaleur dans un végétal par rapport à d’autres sources telles que le sol. Au lieu de cela, l’isolation devrait être placée sur le dessus de la plante et fixée au sol autour de celle-ci, créant une tente, avec le sol comme plancher. Moins l’air peut entrer et sortir de cette tente, mieux c’est.

Avec des plantes particulièrement fragiles, une source de chaleur supplémentaire peut être ajoutée à la tente. Les ampoules à incandescence dégagent beaucoup de chaleur. Pour la sécurité, utilisez des cordons extérieurs mis à la terre. Pour les prises de courant, les cages d’ampoules fournies avec un crochet et une rallonge, à suspendre sous le capot d’une voiture tout en travaillant dessus, constituent un bon choix. Les jeux de lumières de Noël de style ancien, qui ont des ampoules à incandescence chaudes, sont également un bon choix car ils répartissent la chaleur sur une plus grande surface.

Il faudra également décider quoi utiliser pour l’isolation. Un drap de lit est un bon début, mais un tissu plus isolant offrira plus de protection. Cependant, une couverture très lourde peut créer des problèmes car son poids peut casser des membres et il peut être difficile de rester au-dessus de la plante. De plus, une couverture idéale peut être laissée sur la plante pendant la journée, dans le cas où les températures vont baisser la nuit pendant plusieurs jours d’affilée, ce qui est généralement le cas. Le tissu « Frost » est un tissu spécial conçu pour résoudre tous ces problèmes. Il est à la fois léger et isolant, mais il laisse tout de même un peu de soleil pendant la journée. Pour les petites plantes ou les grandes surfaces, on pourrait également envisager de construire une structure sur laquelle installer le tissu. L’utilisation d’un tuyau en PVC de 1,5 pouce est un moyen peu coûteux et facile de créer un échafaudage temporaire.

Avoir une structure pour maintenir le tissu aide également la plante à subir moins de dommages, car les feuilles et les branches qui entrent en contact avec le revêtement seront endommagées comme si elles n’étaient pas protégées. Ce dommage est dû au fait que le contact avec le tissu permet à la chaleur d’être transférée plus facilement par ces points.

Arrosage des plantes
L’eau est une substance à haute capacité calorifique, ce qui signifie qu’elle stocke une quantité de chaleur relativement importante par rapport à d’autres substances à une température donnée. Pour cette raison, il est conseillé d’arroser les plantes le jour avant une nuit particulièrement froide. Non seulement la plante aura un peu plus de chaleur stockée pour la nuit froide, mais le sol qui l’entoure sera plus humide et stockera également plus de chaleur. Ce n’est pas une bonne idée de passer cette nuit à la nuit parce que si le sol est maintenu trop humide, les racines des plantes peuvent pourrir.

Pulvériser de l’eau dans les plantes toute la nuit
Lorsqu’un verre d’eau est gelé, il reste à 0°C  jusqu’à ce que toute l’eau contenue dans le verre se soit solidifiée. C’est un concept intéressant de la physique appelé changement de phase. Étant donné que la plupart des plantes gèlent en dessous de 0°C, elles peuvent être préservées en maintenant leur température au point de congélation de l’eau. Pulvériser de l’eau sur une plante lorsque les températures sont inférieures au point de congélation maintiendra la température de la plante à 0° C, car de l’eau liquide plus chaude est fournie en permanence. Une autre façon de penser est que le processus de congélation de l’eau exige que l’air ambiant plus froid aspire la chaleur de l’eau. Ainsi, fournir constamment de l’eau liquide signifie constamment fournir de la chaleur. Les inconvénients de cette méthode sont que la glace va s’accumuler et que son poids peut écraser la plante, que l’on peut gaspiller beaucoup d’eau, créer un désordre boueux et que tout ce trempage pourrait ne pas être bon pour les racines des plantes.

Microclimat 
Commencer par planter des plantes sensibles au gel à proximité de sources de chaleur peut grandement les protéger. Les bâtiments, les murs en béton et les masses d’eau sont des sources de chaleur importantes. Les quartiers bien développés seront toujours plus chauds la nuit qu’à l’extérieur de la ville. L’avant-toit d’une maison réduit les pertes de chaleur du ciel vers le bas.

Soyez le premier à publier un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.